Politique - Le report du plan pauvreté est vivement critiqué

Le report du plan pauvreté pour cause de Coupe du monde de football fait bondir plus d'un déput

Très attendue, la présentation du plan pauvreté de Macron dépendra des résultats des Bleus

"Les arbitrages ne sont pas rendus, il faut continuer d'approfondir le plan", a ajouté une autre, rappelant qu'"aucune date n'avait été donnée" initialement pour le dévoilement de cette statégie "très attendue", selon les mots de la ministre des Solidarités Agnès Buzyn. Mais mercredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn laissait entendre que son annonce pourrait être décalée si l'Equipe de France se qualifiait pour les demi-finales, Emmanuel Macron ayant promis de se rendre en Russie pour assister à l'événement. "Nous verrons si l'équipe de France" se qualifie pour la demi-finale programmée mardi, avait-elle ajouté en évoquant dans ce cas une question de "disponibilité" d'Emmanuel Macron, qui s'est engagé à aller en Russie soutenir les Bleus s'ils arrivaient à ce stade de la compétition. Une chose est sûre: il ne sera pas annoncé mardi, jour de la potentielle demi-finale de l'équipe de France de football à la Coupe du monde contre le Brésil ou la Belgique. "Le football n'est évidemment pas la seule raison pour un report".

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, certains gardent en mémoire sa vidéo, il y a trois semaines, sur " le pognon de dingue " que le pays dépense pour les plus fragiles, qui a occulté son discours du lendemain sur la protection sociale. Désormais, le gouvernement met surtout en avant que le plan n'est pas encore "totalement ficelé".

Interrogé pour connaître les raisons du report de l'annonce des mesures, il a fait valoir la "concertation importante avec l'ensemble du monde associatif", et le fait que "c'est aussi un sujet de discussion avec les départements, qui ont un rôle important à jouer sur les questions de RSA, d'aide sociale à l'enfance". Malheureusement pour lui, c'est ce jour-là que le chef de l'Etat devait se déplacer en région parisienne pour présenter la stratégie gouvernementale d'accompagnement des bénéficiaires du RSA.

L'annonce de ce report a provoqué quelques remous dans la classe politique: "On se pince! En revanche les plus démunis attendent. eux!", a écrit sur Twitter, le patron du Parti socialiste, Olivier Faure. Ce n'est pas le nouveau monde mais le monde à l'envers! Là, il n'y avait rien qui gênait cette marche forcée. Dans la foulée, une source élyséenne citée par France Inter confiait même que le plan était repoussé à la rentrée pour ne pas se faire voler la vedette par les accélérations de Kylian MBappé.

Le report à la rentrée du plan pauvreté, issu d'une concertation lancée en grande pompe fin 2017, a suscité jeudi la déception d'associations et des critiques sur la "communication désastreuse" du gouvernement. "La misère n'attend pas et on va perdre une année", a commenté dans Le Monde Véronique Fayet, la présidente du Secours catholique.

Dernières nouvelles