Gabon : 140 milliards d'économie avec les mesures d'austérité (ministre)

Réduction du train de vie de l’Etat: «Les économies réalisées serviront à l’investissement»

Gabon : 140 milliards d'économie avec les mesures d'austérité (ministre)

Contrairement à cette mauvaise interprétation, les deux membres du gouvernement ont tenu à faire savoir que lesdites mesures d'austérité visent tout simplement à revoir à la baisse le train de vie de l'Etat et à relancer l'économie au profit des couches défavorisées.

Certains syndicats ont déjà annoncé qu'ils ne se plieront pas à ces mesures qu'ils qualifient d'unilatérales.

Le Gabon n'est nullement en crise, car un pays qui est en crise ne produit plus. Réuni autour de la presse hier, le ministre du Budget et des comptes publics, Jean Fidèle Otandault est revenu sur ces mesures controversées en y apportant quelques précisions.

Jean-Fidèle Otandault a profité de cette tribune pour battre en brèche les rumeurs persistantes sur la quasi-impossibilité de l'Etat à honorer ses engagements financiers vis-à-vis des contribuables et de ses créanciers nationaux et internationaux. Or sur l'année 2017, la croissance était positive, a-t-il relevé. C'était le 05 juillet dernier dans le cadre d'une rencontre conjointe avec son collègue de la communication Guy Bertrand Mapangou et la presse.

La précision est de taille: "le Gabon n'est ni en crise, ni en cessation de paiement". Il a indiqué que le principe de cessation des paiements suppose que "le pays ne puisse plus faire face à son passif exigible avec son actif disponible, or le Gabon ne se trouvait pas dans cette situation puisqu'il dispose d'un actif disponible".

Otandault a poursuivi en indiquant que le gouvernement est allé plus loin en prenant des mesures audacieuses, notamment la décote sur les hauts salaires de la fonction publique, la radiation des agents en abandon de poste ou de maladie longue durée.

Dernières nouvelles