Grand flou autour d'un report possible des annonces d'Emmanuel Macron — Plan pauvreté

Plan anti-pauvreté: ce que prépare Emmanuel Macron

Très attendue, la présentation du plan pauvreté de Macron dépendra des résultats des Bleus

Le gouvernement a semblé lier le calendrier de ce dossier aux résultats de l'équipe de France au Mondial. " Nous verrons si l'équipe de France est en demi-finales", a commenté Agnès Buzyn sur LCI, mercredi 4 juillet.

Macron va-t-il en parler lors du Congrès?

"Le président mature encore sur ce sujet", a pour sa part déclaré à l'AFP une source gouvernementale en précisant que l'Elysée n'avait à ce jour pas fixé de date pour sa présentation.

Ce vendredi, Benjamin Griveaux exclut tout lien entre football et report du plan: "Si quelqu'un peut sérieusement penser qu'on peut remporter un plan aussi important en raison d'un match de football, c'est qu'il est dans la polémique".

C'est un fait, les annonces qu'aurait pu faire le gouvernement en ce début juillet risquaient de perdre en visibilité alors que les Français se passionnent pour la Coupe du monde et que le chef de l'Etat souhaite se concentrer sur son discours devant le Parlement réuni en Congrès lundi 9 juillet.

Parmi les arbitrages qui n'auraient pas été tranchés: la possible recentralisation du RSA, qui relève pour l'heure des départements, dont les élus ont provisoirement claqué la porte des discussions avec l'exécutif. Avec la hausse des bénéficiaires, notamment du RSA, les départements demandent depuis plusieurs années une participation accrue de l'Etat.

Toujours est-il que l'excuse invoquée des performances de l'équipe de France a fait bondir les représentants de l'opposition, toutes tendances confondues. En revanche les plus démunis attendent. eux!

On se pince! " Il a promis ". sans blague, on s'en moque bien qu'il soit là bas ou pas.

Interrogé sur France Info, le député insoumis Alexis Corbière s'est également offusqué: "On observe là le sens des priorités du gouvernement. J'y vois une signature politique".

Le président entend vraisemblablement calmer le jeu et occuper le terrain, après les critiques qui ont accompagné le report à la rentrée du plan pauvreté et du plan santé et hôpital. "Que je sache, la rentrée, c'est aussi l'été", a tenté en défense Gilles Le Gendre, porte-parole du groupe En Marche à l'Assemblée.

" C'est une grande déception, alors que les propositions sont là, que la plupart des arbitrages étaient faits, a expliqué au Monde Véronique Fayet, présidente du Secours catholique".

Dernières nouvelles