David Davis, le ministre britannique du Brexit, a démissionné

Le ministre britannique de l'Environnement Michael Gove

Le ministre britannique de l'Environnement Michael Gove

Elle avait abouti à l'annonce d'un accord sur la volonté de maintenir une relation commerciale post-Brexit étroite avec l'UE. "Il était un des plus véhéments partisans du Brexit au sein du conseil des ministres divisé entre les partisans d'un " Brexit dur " et d'un " Brexit doux ".

Dominic Raab, 44 ans, était jusqu'ici secrétaire d'Etat chargé du logement après avoir occupé le poste de secrétaire d'Etat à la justice dans le gouvernement de Theresa May.

David Davis, le ministre britannique chargé du Brexit a démissionné dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 juillet, considérant dans sa lettre de départ que la stratégie de Theresa May ne correspond pas à ce pourquoi les Britanniques ont voté, en juillet 2016. Secrétaire d'État aux Affaires européennes de 1994 à 1997, il avait été en 2005 candidat à la direction du Parti conservateur mais avait été battu par David Cameron.

Sa démission a été suivie de celle des secrétaires d'Etat Steve Baker et Suella Braverman, selon les médias britanniques.

Le député conservateur Peter Bone a salué la décision de David Davis, jugeant que les propositions de Theresa May n'avaient de Brexit "que le nom" et n'étaient "pas acceptables". "L'intérêt national exige un secrétaire d'Etat en charge du Brexit qui croit fermement en votre approche, et pas seulement un conscrit réticent", a-t-il ajouté dans son texte.

"Quarante-huit heures tout juste après que Mme May eut semblé avoir unifié son cabinet derrière sa vision du Brexit, ses projets sont en lambeaux, avec le danger réel de voir son leadership contesté dans les prochains jours", observe The Daily Telegraph.

Ce plan, dévoilé vendredi soir, prévoit de mettre en place une zone de libre échange et un nouveau modèle douanier avec les 27, afin de maintenir un commerce "sans friction" avec le continent.

Le quotidien précise que Jacob Rees-Mogg, député conservateur et farouchement eurosceptique, a d'ores et déjà annoncé qu'il voterait contre le plan: "Si les propositions sont telles qu'elles apparaissent, je voterai contre, et d'autres pourraient faire de même". La BBC croit savoir qu'il s'agira du ministre de l'environnement Michael Gove, un eurosceptique qui soutient néanmoins la Première ministre. "Il y a beaucoup d'interrogations, beaucoup de mécontentement, beaucoup d'inquiétudes", a déploré son collègue Bill Cash sur Sky News.

Dans une lettre ouverte, le fondateur de la marque de boissons Innocent, Richard Reed, rejoint par une centaine d'entrepreneurs et dirigeants d'entreprise, a estimé que "le coût, la complexité et la bureaucratie engendrés par la sortie de l'union douanière et l'adoption d'arrangements alternatifs sont la dernière chose dont nos entreprises ont besoin". Avant Philips, les groupes Airbus, BMW ou Jaguar ont déjà mis en garde les autorités britanniques ces derniers jours sur les conséquences économiques que pourrait avoir une sortie du marché unique.

Dernières nouvelles