Fraude. Des millions de litres de rosé espagnol maquillés en vin français

Rosé: l'arnaque du siècle

Rosé: l'arnaque du siècle

"Ces cas de francisation concernent plus de 70 000 hectolitres de vin", explique Alexandre Chevallier, directeur de cabinet adjoint de la DGCCRF au Parisien.

Et si votre bouteille de rosé, affublée d'un drapeau bleu-blanc-rouge, n'était en fait qu'un vin espagnol? "Des vins espagnols étaient ainsi revendus en vrac en tant que 'vin de France' voire en usurpant un nom d'IGP française", indique la DGCCRF dans son rapport d'enquête. Selon les établissements, les quantités de vin présentées de manière frauduleuse allaient de 2000 à 34'500 hectolitres.

Sur les bouteilles, la présence de drapeaux français, de châteaux évoquant le terroir hexagonal, ou encore de la mention "mise en bouteille en France", ne garantissent en rien, en effet, que le vin soit français.

Au total, 743 établissements ont été contrôlés en deux ans: "22% des établissements visités en 2016 et 15% des établissements visités en 2017 faisaient l'objet de non-conformités allant de la présentation confusionnelle à la francisation", précise-t-elle.

L'enquête des autorités chargées de la répression des fraudes a en outre été étendue aux cafés, hôtels et restaurants "pour vérifier notamment l'origine des vins vendus au pichet ou au verre", 2.414 établissements ayant été ainsi contrôlés.

Les enquêteurs ont constaté parmi les manquements "l'absence de mention d'origine du vin sur la carte des vins alors que la confusion est entretenue par l'utilisation de dénominations commerciales à consonance française", mais aussi "des francisations volontaires de l'origine", alors qu'il s'agissait de vin d'Espagne. "C'est une question de prix", répond à l'AFP Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA et viticulteur dans l'Hérault. Une tromperie qui peut rapporter gros, puisqu'en 2016 le rosé en vrac espagnol se vendait à 0,34 euros/litre pour 0,75 à 0,90 euros/litre pour le rosé français, selon le quotidien. Problème: ces vins sont souvent vendus comme un "Vin de France".

Parallèlement, des fraudes à grande échelle ont été constatées chez quatre négociants-producteurs, parmi les gros importateurs de vins étrangers en France indique la DGCCRF. Des injonctions de mises en conformité, des procès-verbaux et des procédures pénales pour tromperie ont été lancés par la DGCCRF.

Dernières nouvelles