Grotte en Thaïlande. Les secours activent l'option forage

Des soldats thaïlandais poursuivent les opérations d'évacuation pour libérer 12 enfants et leur entraîneur de football bloqués dans la grotte de Tham Luang depuis 14 jours le 7 juillet 2018 à Mae Sai

Thaïlande : lancement de l'opération pour évacuer les enfants piégés dans une grotte

Les conditions pour une évacuation sont jugées " parfaites " ces jours-ci par la cellule de crise, notamment en ce qui concerne le niveau d'eau dans la grotte.

"La prochaine opération devrait débuter dans dix heures au minimum", a déclaré, quelques heures plus tard, Narongsak Osottanakorn. Un responsable du ministère de la Défense, sous couvert de l'anonymat, avait assuré un peu plus tôt: " Six d'entre eux sont sortis ", mais le bilan officiel n'a jamais été révisé dans la soirée et aucune explication fournie.

Les deux garçons restant "pourront sortir à pied", a annoncé à l'AFP Kongcheep Tantrawanit, porte-parole du ministère de la Défense. Les secours s'interrogeaient depuis des jours sur l'opportunité de déclencher une évacuation périlleuse, des pluies de mousson attendues prochainement risquant de ruiner les efforts continus pour drainer l'eau de la grotte. Les secours ont prévenu que les enfants sortiraient "un par un", et que cela prendrait au total "deux à trois jours".

Les quatre premières victimes ont été évacuées à bord d'ambulances puis d'hélicoptères en direction de l'hôpital de Chiang Rai.

Mais l'évacuation s'est révélée plus rapide que prévu, en avance de plus de deux heures sur l'horaire indiqué à l'origine. Aucune image de l'opération n'a émergé pour l'heure. Les secours avaient réussi à insérer un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l'oxygène dans la poche où le groupe s'est réfugié et le niveau d'oxygène s'est stabilisé dans la grotte. Mais là aussi les autorités ont interdit l'abord immédiat de l'hôpital.

13h22: "C'est aujourd'hui le jour J", a déclaré dimanche matin Narongsak Ossothanakorn, gouverneur de la province et coordinateur de l'opération, après avoir ordonné aux journalistes de quitter le camp de commandement, un vaste espace boueux à l'entrée de la grotte de Tham Luang planté d'auvents et où étaient postées les centaines de journalistes et de secouristes volontaires. "C'est le moment propice pour lancer l'opération d'évacuation", a-t-il précisé.

Gong Hui, un plongeur chinois qui participe à l'opération, a expliqué à l'agence Reuters, samedi, que les niveaux d'eau dans la grotte avaient "beaucoup reculé", les pompages ayant permis d'évacuer des millions de litres d'eau.

L'opération de sauvetage fait toujours la Une de l'actualité, avec désormais plus de 1.100 journalistes enregistrés sur place, leurs caméras alignées dans la boue de cette forêt tropicale. Le premier enfant devrait sortir vers 21 heures locales, dimanche. Vendredi, un ancien plongeur d'élite de la Marine thaïe de 38 ans est mort exténué, alors qu'il apportait des bouteilles d'oxygène aux adolescents.

Il faut à des plongeurs aguerris cinq heures pour faire le trajet de retour. Quatre kilomètres à parcourir, deux plongeurs accompagneront chaque adolescent, mais il leur faudra aussi franchir plusieurs passages étroits et là, chacun sera seul. 90 plongeurs, 50 étrangers et 40 thaïlandais, sont impliqués dans l'opération de sauvetage.

Dernières nouvelles