Une cour d'appel ordonne la libération de l'ex-président Lula — Brésil

Brésil : une cour d'appel ordonne la libération de l'ex-président Lula

L'ordre de libération de l'ex-Président brésilien annulé

Des supporters de l'ancien président brésilien Lula emprisonné pour corruption, réclament sa libération, le 8 juillet 2018.

La confrontation entre les magistrats n'aura duré que quelques heures, le temps de donner un court espoir à l'ancien président Lula et à ses soutiens, avant une nouvelle douche froide.

Plus tôt, une cour d'appel brésilienne a ordonné dimanche à la surprise générale la libération de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré depuis début avril pour corruption, qui pourrait sortir de prison dans les prochaines heures. Un imbroglio judiciaire qui a créé la confusion au Brésil à trois mois d'une élection présidentielle parmi les plus incertaines de l'histoire du pays et à laquelle Lula veut se présenter.

Selon le juge Joao Pedro Gebran Neto, qui a annulé la décision prise auparavant, la police fédérale doit s'abstenir "de pratiquer quelconque acte qui modifie la décision collégiale" de condamner Lula à 12 ans et un mois d'emprisonnement. Tandis que les partisans de Lula commençaient déjà à fêter sa libération imminente trois mois après son incarcération, le juge Gebran Neto a décidé, lui, le maintien en prison de l'ancien président et a annulé la décision de son collègue.

Le juge Rogério Favreto a décidé d'accepter une demande d'Habeas Corpus présentée vendredi par plusieurs députés du Parti des Travailleurs (PT), fondé par Lula en 1980. Dans un nouveau rebondissement, le juge Rogerio Favreto a déclaré qu'il maintenait sa décision. Mais quelques heures plus tard, le président du tribunal de seconde instance a maintenu Lula derrière les barreaux.

L'ordre de libération de dimanche avait fait l'effet d'une bombe au Brésil.

Les médias brésiliens ont rappelé dimanche que le juge Favreto, ancien avocat, avait été membre du PT de 1991 à 2010, date à laquelle il avait accédé à la magistrature. "Tous à Curitiba, tous dans la rue", a déclaré sur Twitter Gleisi Hoffmann, présidente du PT.

La défense de Lula avait multiplié les recours auprès de la Cour suprême pour réclamer sa libération, sans succès.

Âgé de 72 ans, Lula a été condamné en appel en janvier dernier pour avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de bâtiment en échange de faveurs dans l'obtention de marchés publics.

Dernières nouvelles