L'évacuation des enfants bloqués dans une grotte continue — Thaïlande

Des plongeurs thaïlandais le 5 juillet 2018 à Mae Sai en Thaïlande

Des plongeurs thaïlandais le 5 juillet 2018 à Mae Sai en Thaïlande

Douze jeunes joueurs de soccer et leur entraîneur avaient été portés disparus après être partis à la découverte de grotte de Tham Luang Nang, le 23 juin dernier. Le huitième enfant est sorti en fin de journée, avant la fin des opérations de secours prévues pour ce second jour d'évacuation. Hier, les équipes de secours -composées de treize plongeurs étrangers et de cinq membres d'une unité d'élite de la marine thaïlandaise- avaient réussi à extraire quatre garçons de la grotte.

L'opération de sauvetage des enfants coincés dans une grotte en Thaïlande a débuté à 5 heures du matin ce 8 juillet 2018.

Mais le drame passionne aussi à l'étranger -les médias internationaux ont envoyé des centaines de journalistes sur place.

Les parents des derniers enfants à devoir être évacués attendent à l'entrée de la grotte de retrouver leurs enfants.

Le chef de la junte militaire, le général Prayut Chan-O-Cha, a accueilli le patron de SpaceX dans la grotte lundi soir.

La pluie de mousson menaçant d'inonder ce réseau souterrain complexe, long d'une dizaine de kilomètres, constitue le principal défi pour les sauveteurs qui redoutent de nouvelles précipitations avant la sortie de l'ensemble du groupe.

Emaciés mais en vie, ils étaient perchés sur un promontoire, à plus de quatre kilomètres de l'entrée de la grotte.

L'un d'eux très difficile à franchir, dans lequel il faut se faufiler, fait figure de cauchemar pour la cellule de crise. Entre-temps, les équipes de plongeurs ont dû se reposer et replacer des bouteilles d'oxygène le long du parcours, d'où l'intervalle entre les deux évacuations.

Baptisés par les réseaux sociaux "Sangliers sauvages 1, 2, 3 et 4", les premiers quatre garçons, hospitalisés, vont bien, a précisé Narongsak Osottanakorn, même s'ils sont "tenus à l'écart" de leurs parents, afin d'éviter qu'ils ne soient contaminés, vu leur état de faiblesse. "J'attends toujours ici à la grotte, je croise les doigts pour voir si mon fils sera parmi ceux qui sortent aujourd'hui", dit à l'AFP Supaluk Sompiengjai, la mère de Pheerapat, communément appelé par son surnom, "Night". Mais la mort d'un ancien plongeur de la marine thaïlandaise lors d'une opération de ravitaillement, rapportée par l'AFP, souligne la dangerosité du site. Pris au piège par les eaux de la mousson, ils n'ont été retrouvés que dix jours plus tard grâce à une opération à grand déploiement qui a attiré des experts du monde entier.

Mais face à la menace de nouvelles pluies et à la baisse des niveaux d?oxygène dans la chambre où le groupe a trouvé refuge, les autorités ont décidé dimanche de tenter le tout pour le tout.

Dernières nouvelles