Theresa May lâchée par ses ministres — Grande-Bretagne

Le secrétaire au Brexit David Davis

Le secrétaire au Brexit David Davis

La raison: des désaccords concernant la suite des négociations sur le Brexit.

David Davis, était le "Monsieur Brexit" du gouvernement depuis le référendum de juin 2016. Il a été remplacé par Dominic Raab, jusque-là secrétaire d'Etat au Logement.

Mardi, la presse britannique revenait sur la journée "chaotique" de lundi.

La crise risque de s'accentuer car ce lundi, Nigel Farage, autre farouche partisan de la ligne dure (c'est-à-dire la sortie pure et simple de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne) a chaleureusement félicité Boris Johnson tout en lançant un message à Michael Gove, ministre de l'Environnement, à qui il a demandé de quitter le gouvernement s'il est vraiment un patriote. "Le rêve est en train de mourir, étouffé par l'inutile manque de confiance [du Royaume-Uni] en ses propres forces", a en outre déploré le désormais ex-chef de la diplomatie britannique, défenseur d'un "Brexit dur".

Le secrétaire d'État au Brexit Steve Baker a également démissionné. Certains, comme Boris Johnson, considèrent dès lors que le vote pro-Brexit n'aura servi à rien si un divorce total d'avec Bruxelles n'est pas proclamé. Une option qualifiée de "Brexit doux" par opposition au "Brexit dur" souhaité par les partisans d'une rupture nette avec Bruxelles.

Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères, et David Davis, en charge du Brexit, ont claqué la porte du gouvernement de Theresa May.

Elle a toutefois voulu "rendre hommage" aux ministres démissionnaires "pour leur travail au cours des deux dernières années" au sein de son gouvernement, soulignant notamment "la passion" de Boris Johnson pour promouvoir le Royaume-Uni dans le monde. Mais elle semble avoir éloigné la menace. "Au mieux, nous serons dans une position de faiblesse pour négocier" avec l'UE, a-t-il estimé. Si elle perdait, Boris Johnson est sur les rangs. Son remplaçant sera annoncé sous peu. Le quotidien conservateur a appelé Theresa May à revoir sa stratégie et qualifie l'accord de Chequers "d'un ensemble mauvais de propositions qui encourageront l'UE à exiger encore plus de concessions". Ils plaidaient en effet pour un Brexit dur alors que le plan présenté vendredi par la Première ministre faisait plutôt la part belle à un maintien au maximum des relations commerciales avec l'UE, un scénario privilégié par les entreprises et le secteur financier britanniques.

La démission de Johnson intervient dans un contexte particulier marqué par des négociations tendues entre le gouvernement britannique et l'UE.

Dernières nouvelles