JetBlue commande 60 avions de l'ancienne CSeries de Bombardier

Un modèle Bombardier CSeries présenté au salon de l'Aéronautique de Farnborough, le 16 juillet 2014

Un modèle Bombardier CSeries présenté au salon de l'Aéronautique de Farnborough, le 16 juillet 2014

La CSeries est officiellement passée aux mains d'Airbus le 1er juillet, en vertu de l'entente de partenariat dans lequel Bombardier a cédé le contrôle du programme C Series l'automne dernier.

L'avion, avec sa livrée aux couleurs d'Airbus, s'est posé en milieu de journée sur le tarmac du site du géant européen.

Une annonce qui intervient alors que Airbus venait de réceptionner son premier appareil, fruit de la reprise du CSeries à Bombardier, à Toulouse.

"L'avantage pour Bombardier, c'est de trouver un avenir à cet avion avec Airbus", a expliqué M. Faury.

Un protocole d'accord a été signé entre JetBlue et Airbus, portant sur 60 commandes fermes d'A220. Son gouvernement avait injecté 1 milliard de dollars américains dans Bombardier pour sauver le CSeries fin 2015. L'avionneur européen a dévoilé ce mardi l'Airbus A220 qui se déclinera en A220-100 et pourra embarquer 100 à 135 passagers et A220-300 qui aura une capacité de 130 à 160 passagers.

Mais il s'agit évidemment aussi de deux mainmises sur des programmes venus progressivement attaquer leurs propres programmes par le bas, Bombardier et Embraer ne se cachant pas d'avoir délibérément quitté le seul marché de l'aviation régionale pour venir concurrencer les appareils moyen-courrier de 100 à 150 sièges avec des performances et des caractéristiques très convaincantes. Il se positionne ainsi face à son rival Boeing avec les ERJ et E2 d'Embraer, de 70 à 150 sièges.

"Il semblerait que ce qu'a fait Airbus avec Bombardier donne du souci aux autres industriels concernés et Boeing est en train de voir comment il va pouvoir réagir", a commenté M. Faury.

Airbus compte aussi sur les synergies et l'effet de masse auprès de sa chaîne d'approvisionnement pour réduire les coûts de production de l'appareil, qui n'a pas encore enregistré le succès commercial espéré.

Le premier CSeries 100 a été mis en service en 2016 par la compagnie Swiss, tandis que Air Baltic a été la compagnie de lancement du CSeries-300.

La valeur au prix catalogue de l'A220-100 est de 79,5 millions de dollars et de 89,5 millions pour l'A220-300.

Les nouveaux avions du transporteur seront assemblés à Mobile, en Alabama, a précisé JetBlue dans un communiqué.

Dernières nouvelles