Le premier procès du Roundup va démarrer

Des bidons de RoundUp herbicide controversé de Monsanto en vente dans une boutique de Glendale le 19 juin 2018 en CaliforniePlus

Des bidons de RoundUp herbicide controversé de Monsanto en vente dans une boutique de Glendale le 19 juin 2018 en CaliforniePlus

Monsanto se retrouve sur le banc des accusés dans un procès à San Francisco qui doit établir si son herbicide Roundup est cancérigène et si le groupe américain a volontairement caché la dangerosité de ce produit élaboré à partir du glyphosate. Selon l'un des avocats de Dewayne Johnson, plus de 2000 utilisateurs de Roundup poursuivent la multinationale.

Commercialisé depuis plus de quarante ans, le Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, contient du glyphosate, une substance très controversée et qui fait l'objet d'études scientifiques contradictoires quant à son caractère cancérigène. Pour la première fois, un tribunal a été saisi d'une plainte concernant le Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, et ses possibles effets cancérigènes.

Le plaignant est Dewayne Johnson, 46 ans, père de deux enfants atteint d'un lymphome non hodgkinien, un cancer du système de défense immunitaire qu'il impute au Roundup.

La cour supérieure de l'Etat de Californie a été saisie par DeWayne Johnson, un jardinier en phase terminale d'un cancer.

"Ce n'est pas la faute à pas de chance", ce n'est pas dû à un problème "génétique", "c'est à cause de son exposition continue au Roundup et au Ranger Pro" (produit similaire de Monsanto), qu'il a vaporisés entre 2012 et 2014 sur des terrains scolaires de la ville de Benicia, en Californie, assure Me Dickens.

"Monsanto sait depuis 40 ans que les composants de base du Roundup peuvent provoquer des tumeurs chez des animaux de laboratoire", a affirmé, au nom de l'accusation, l'avocat Brent Wisner, au premier jour des audiences du procès à San Francisco.

Les avocats de M. Johnson n'ont pas encore fixé les sommes qu'ils comptent demander mais évoquent un "jugement à plusieurs millions de dollars".

Mais la partie ne sera pas aisée pour les plaignants car le géant de l'agrochimie et ses avocats contestent tout lien entre l'épandage de Round Up et la contraction d'un cancer.

"Cela n'a pas causé (le) cancer" de Dewayne Johnson, affirmait ainsi une des avocates de la firme. Mais le dossier est d'autant plus complexe qu'il existe nombre d'études et de décisions contradictoires sur le glyphosate. Mais "si M. Johnson gagne ce procès, ce sera un énorme coup porté à l'industrie des pesticides tout entière". " Légalement, il est extrêmement difficile de rendre une entreprise responsable de cas spécifiques de cancer ou autres maladies liées aux pesticides ", reconnaît également Linda Wells.

L'agence américaine de protection de l'environnement a conclu en septembre dernier, après des dizaines d'années d'études, que le glyphosate n'était probablement pas cancérigène pour les humains.

Le glyphosate est aussi classé "cancérigène probable" depuis 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, contrairement aux agences européennes, l'EFSA (sécurité des aliments) et l'ECHA (produits chimiques).

Le glyphosate fait particulièrement polémique en Europe.

Dernières nouvelles