Gaza : raids israéliens, suivis de tirs palestiniens de roquettes contre Israël

Gaza : raids israéliens, suivis de tirs palestiniens de roquettes contre Israël

Bande de Gaza : un enfant palestinien tué par des tirs de soldats israéliens

Ces raids interviennent au lendemain d'affrontements à la frontière entre Israël et l'enclave, où deux Palestiniens avaient été déjà tués et plus de 200 blessés par les forces israéliennes. Les deux jeunes se trouvaient dans la rue, en bas de cet immeuble, vide au moment du raid, selon le ministère.

L'armée israélienne a dit que les sirènes indiquant aux civils qu'ils devaient se rendre aux abris avaient retenti samedi dans toutes les zones israéliennes limitrophes de la bande de Gaza.

Les raids israéliens de samedi après-midi ont également fait quinze blessés palestiniens, deux à Rafah, dans le sud du territoire, et 13 dans la ville de Gaza, selon des sources médicales palestiniennes et le ministère gazaoui de la Santé.

"Les frappes ont été conduites en réponse aux actes de terreur pendant les violentes émeutes qui on eu lieu le long de la clôture de sécurité hier et qui s'ajoutent aux attaques quotidiennes contre le territoire israélien via le lancement de ballons incendiaires depuis la bande de Gaza", ajoute la même source.

Dans un tweet, l'activiste palestinien Adham Abu Salmiya a posté des photos du "raid israélien qui a eu lieu à l'ouest de la ville de Gaza, qui a entraîné la mort de deux enfants et en a blessé d'autres".

Selon des témoins dans la bande de Gaza, les frappes n'ont pas fait de blessé mais ont endommagé des infrastructures du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. Depuis le 30 mars, l'enclave palestinienne est le théâtre d'une mobilisation contre le blocus israélien et pour le droit au retour des Palestiniens sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël, en 1948.

L'annonce survient sur fond de nouvelle période de tensions accrues entre Israël et la bande de Gaza.

Une des deux roquettes a été interceptée par le système de défense antimissile Dôme de fer, a indiqué l'armée israélienne.

Une médiation de l'Egypte a permis de parvenir à un cessez-le-feu, avait indiqué samedi soir un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum dans un communiqué.

D'après l'armée israélienne, des grenades, engins explosifs, cocktails Molotov, pneus enflammés et pierres ont été lancés en direction des soldats, dont un a été blessé.

L'armée israélienne avait notamment dit avoir frappé 65 positions militaires du Hamas dans l'enclave en représailles au tir d'une centaine de roquettes et d'obus de mortiers contre son territoire.

Israël, accusé d'usage excessif de la force lors des manifestations à la frontière, dit tirer en dernier recours pour protéger ses soldats et sa population civile. Il accuse le Hamas de se servir de la protestation pour couvrir des attaques contre les soldats et des tentatives d'infiltration en Israël.

Selon le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne, les raids de samedi sont "la plus importante opération diurne (de l'armée de l'air) dans la bande de Gaza depuis la guerre de 2014".

Au total, d'après l'armée israélienne, une soixantaine de roquettes et d'obus de mortiers ont été tirés vers le territoire israélien depuis l'enclave de samedi à l'aube jusqu'au milieu de l'après-midi.

Dernières nouvelles