L'état d'urgence prendra fin le 18 juillet — Turquie

Istanbul plusieurs dizaines de milliers de partisans du chef de l'État se sont rassemblés près du pont des martyrs du 15-juillet

Istanbul plusieurs dizaines de milliers de partisans du chef de l'État se sont rassemblés près du pont des martyrs du 15-juillet

L'état d'urgence instauré en Turquie dans la foulée de la tentative de putsch du 15 juillet 2016 ne sera pas prolongé au-delà du 18 juillet au soir, a annonce vendredi le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

A Istanbul, plusieurs dizaines de milliers de partisans du chef de l'Etat se sont rassemblés près du "pont des martyrs du 15-juillet", l'un des trois édifices qui enjambent le Bosphore. Dans tout le pays, des Turcs se sont rendus dimanche sur les tombes des victimes du putsch. M. Gülen, qui réside depuis une vingtaine d'années aux Etats-Unis, nie toute implication. Les putschistes en avaient pris le contrôle dans la nuit du coup de force, tuant des dizaines de civils qui tentaient de les en déloger.

"La lutte contre le terrorisme va se poursuivre dans le cadre des lois actuelles", mais l'état d'urgence pourrait être rétabli "en cas de situation extraordinaire", a ajouté Ibrahim Kalin.

Depuis le putsch manqué, quelque 77.000 personnes ont été incarcérées et plus de 150.000 limogées ou suspendues L'ampleur de la répression a suscité l'inquiétude et les critiques d'ONG et de partenaires occidentaux de la Turquie.

"Nous avons tranché les tentacules de la pieuvre qu'a fait grandir le damné de Pennsylvanie", a lancé M. Erdogan dimanche, en référence à M. Gülen qui vit dans cet Etat du nord-est des Etats-Unis.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a prêté serment le 9 juillet pour son second mandat, marquant à cette occasion la transformation du régime politique turc en un système présidentiel exécutif.

Dernières nouvelles