Terrorisme : Djamel Beghal expulsé vers l'Algérie à sa sortie de prison

L’islamiste Djamel Beghal a été expulsé vers l’Algérie

BELGAIMAGE

Le 9 janvier 2015, les habitants de Murat (Cantal) apprenaient avec stupéfaction que Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly étaient passés dans le Cantal en 2010.

L'islamiste algérien Djamel Beghal, considéré comme le mentor de deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, a été expulsé vers son pays natal après sa sortie d'une prison française lundi matin, a appris l'AFP de sources concordantes. Cet Algérien de 52 ans, déchu de la nationalité française, a quitté la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes "vers 5h30 en vue d'être reconduit à la frontière", selon une source syndicale, et il a décollé peu après 10H30 de l'aéroport de Roissy en direction d'Alger, ont indiqué des sources proches du dossier.

"Il a été libéré ce matin à 05H20, pris en charge par la (police aux frontières). Il a adopté un comportement calme et n'a pas été surpris de l'heure de son départ", a précisé l'administration pénitentiaire à l'AFP.

Deux jours après Charlie Hebdo, alors que la France replongeait dans l'horreur des attentats terroristes, La Montagne écrivait que Djamel Beghal, figure de l'islamisme radical assigné à résidence à Murat, avait hébergé les deux terroristes le temps de quelques jours, cinq années auparavant.

Bénéficiant d'une réduction de peine, il est libéré en 2009 et à nouveau condamné pour la même durée en 2010, pour un projet d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, auteur de l'attentat dans le RER C à Paris en 1995.

Il était donc libérable ce lundi, mais cette libération conditionnelle a été accordée sous condition suspensive de l'expulsion vers l'Algérie. En 2013, le parquet de Paris définissait dans un document Amedy Coulibaly et Cherif Kouachi comme "les 'élèves' de Djamel Beghal". Il m'a dit qu'il s'était fait torturer là-bas.

Quant à l'hypothèse d'un refus de l'Algérie d'accueillir son client, l'avocat parlait d'"une situation inédite": "Si l'Algérie ne veut plus de lui alors qu'il n'y a aucun doute sur sa nationalité, alors, elle fait de lui une sorte d'apatride, ce qui est contraire au droit international", avait-il fait valoir.

Dernières nouvelles