Une information judiciaire pour éclaircir l affaire

Ouverture d'une enquête judiciaire sur la mort de Naomi Musenga

Naomi Musenga est décédée d'une intoxication au paracétamol

"Le paracétamol, c'est la meilleure et la pire des choses". Les professionnels de la santé rappellent que ce médicament, bien que très répandu, peut être mortel. "[.] J'attends que justice soit faite, que les sanctions soient prises, que chacun porte ses responsabilités [et] qu'on nous facilite l'accès aux informations", a déclaré Honorine Musenga.

Le paracétamol reste un médicament.

L'intoxication peut être aiguë, lorsque la prise est trop forte, ou liée à une prise répétée de doses élevées sur une période trop courte - quand l'intervalle n'est pas respecté par exemple.

Six mois après le décès de Naomi Musenga à Strasbourg, le procureur de la République de Strasbourg va ouvrir dans les prochains jours une information judiciaire pour non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre d'appels d'urgence et toute autre personne, ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X.

"La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès", selon Mme Renzi.

La dose maximale est 3 grammes par 24 heures, en espaçant les prises. Chaque année, une centaine de greffes de cet organe sont d'ailleurs réalisées à cause d'une hépatite médicamenteuse due à une surdose de ce médicament (sur un total de 1 200 environ).

Ils "sont généralement suivis deux jours plus tard d'anorexie, de nausées, de malaise, de douleurs abdominales, puis de signes progressifs d'insuffisance hépatique et, finalement, de coma hépatique". Elle aurait succombé à une intoxication au paracétamol. "C'est une proportion considérable, tout ça pour un mésusage d'un médicament réputé anodin". La surconsommation d'un produit tel que le paracétamol peut avoir des conséquences sur la personne concernée.

"Il existe 200 médicaments qui contiennent du paracétamol, je suis spécialiste des médicaments depuis 50 ans et je suis incapable de tous les citer", dit à l'AFP le professeur Jean-Paul Giroud.

Dernières nouvelles