France : le terroriste Djamel Beghal expulsé vers l'Algérie

L'islamiste Djamel Beghal considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris a été expulsé lundi 16 juillet vers l'Algérie. Il avait été assigné à résiden

L’islamiste Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie après sa sortie de la prison de Vezin-le-Coquet

"Il a été libéré ce matin à 5H20, pris en charge par la police aux frontières".

Il affirme qu'il "n'est impliqué ni de près ni de loin dans les attentats commis à Paris en 2015", mais il est considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier. Les autorités, qui souhaitaient le voir retourner en Algérie, pays qu'il avait quitté à l'âge de 21 ans, discutaient depuis plusieurs semaines avec Alger des conditions de son retour.

Djamel Beghal, l'un des détenus les plus sensibles de France, a été expulsé vers l'Algérie, dans la matinée du lundi 16 juillet.

Interrogé en 2010, Amedy Coulibaly avait raconté lors d'un interrogatoire son lien avec Djamel Beghal: "Je sais qu'il était en Afghanistan".

Dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990, Djamel Beghal a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à dix ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste. "Il a adopté un comportement calme et n'a pas été surpris de l'heure de son départ", a indiqué l'administration pénitentiaire à l'AFP.

Le ministère de la Justice a, conformément aux accords judiciaires algéro-français, adressé aux autorités judiciaires françaises "un dossier de dénonciation des faits, afin que ce dernier soit jugé pour ces faits sur le territoire français", ajoute la même source, relevant que cette dénonciation "est également restée sans suite de la part des autorités judiciaires françaises".

Djamel Beghal est donc actuellement dans l'avion, en route vers l'Algérie. En juin 2017, il avait lui même déposé une demande de "libération conditionnelle-expulsion" vers l'Algérie, rejetée par la justice française. Cette information a été confirmée par une source judiciaire. "Le climat lui apparaît désormais plus apaisé", avait expliqué à l'AFP son avocat Bérenger Tourné.

Beghal Djamel a été plusieurs fois poursuivi et condamné par les autorités judiciaires françaises. Il est devenu une référence pour trois générations d'apprentis jihadistes.

C'est à la prison de Fleury-Mérogis, dans la banlieue parisienne, qu'il fait la connaissance des futurs auteurs des tueries de janvier 2015 à Charlie Hebdo et au magasin Hyper Cacher. Selon les enquêteurs, il devient leur "mentor", respecté pour sa "science religieuse". Il est à nouveau arrêté en 2010, et a passé au total une dizaine d'années à l'isolement.

Dernières nouvelles