L'Allemagne accepte de prendre 50 migrants

Migrants Rome annonce que Paris et Malte prendront 50 migrants

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte le 11 juillet 2018 à Rome Alberto PIZZOLI

Publiant une lettre adressée à ses homologues européens ainsi qu'aux instances exécutives européennes, le chef du gouvernement italien s'est félicité des réponses de la France et de Malte qui s'engagent à accueillir chacune 50 migrants. Il a notamment annoncé que Malte et la France s'engageaient à accueillir chacune 50 migrants, actuellement à bord de navires militaires italiens. "Très rapidement les acceptations d'autres pays européens arriveront", a écrit M. Conte sur sa page Facebook.

Aucune confirmation n'a pu immédiatement être obtenue de la part des autorités françaises. Cependant, huit personnes, des femmes et des enfants, ont été transportées pour des raisons médicales sur l'île italienne de Lampedusa.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), les migrants débarqués à Pozzallo, originaires principalement d'Erythrée et de Somalie, se trouvent dans un grand état de faiblesse: malnutrition, déshydratation, gale et séquelles des abus subis dans des centres de détention informels en Libye.

Une troisième option est à l'étude, qui consisterait à laisser temporairement les migrants à bord des bateaux afin d'examiner leurs demandes d'asile.

"Giuseppe Conte ajoute à son commentaire une copie de la lettre adressé à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et Donald Tusk, président du Conseil européen".

"L'Italie ne veut plus faire face, seule, à un problème qui concerne tous les pays européens", commente cette source. "Il faut un acte de justice, de respect et de courage pour lutter contre les trafiquants d'êtres humains et susciter une intervention européenne ", a dit le ministre, également chef de la Ligue (extrême droite), selon son entourage, cité par les agences.

Dans un échange de messages, courriels et appels téléphoniques entre les autorités des deux pays, Rome avait tenté vendredi de faire prendre la responsabilité de ces migrants à Malte. Malte a répliqué en affirmant que l'embarcation était bien plus proche de l'île italienne de Lampedusa que de son propre territoire, soulignant que les migrants ne voulaient pas d'aide maltaise mais souhaitaient poursuivre leur route vers l'Italie. Il souhaite désormais élargir cette interdiction aux navires des missions internationales en Méditerranée, la position de l'Italie étant de partager avec l'UE la gestion des flux migratoires.

Dernières nouvelles