Face à Trump, l'UE et le Japon scellent un accord commercial "historique"

L'Union européenne et le Japon ont signé mardi à Tokyo un vaste accord de libre-échange qui se veut un "message fort contre le protectionnisme". Ils viennent en effet de signer un accord de libre-échange présenté comme "historique".

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sont en visite au Japon après un passage par la Chine pour le 20e sommet UE-Chine.

Junichi Sugawara, chercheur au Mizuho Research Institute, souligne que l'attitude de Donald Trump a "poussé le Japon et l'Union européenne à accélérer les négociations". "Aujourd'hui marque un jour historique, alors que nous célébrons la signature d'un accord commercial extrêmement ambitieux entre deux des plus grandes économies du monde", ont déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans un communiqué publié à l'issue de la signature du texte. "Nous envoyons un message clair que nous faisons front commun contre le protectionnisme", a lancé Donald Tusk lors d'une conférence de presse après la signature du document.

Baptisé Jefta (Japan-UE free trade agreement), il porte sur une zone de libre-échange couvrant près d'un tiers du produit intérieur brut (PIB) mondial. "D'un côté, les dirigeants de l'UE et du Japon disent qu'il faut favoriser les échanges de bien et de services, poursuit Plihon, et de l'autre, ils se battent pour bloquer la circulation des hommes aux frontières". D'après le compte-rendu de l'AFP, c'est le secteur agroalimentaire européen qui est le plus favorisé par l'accord: 85% des produits agroalimentaires de l'Union pourront dans le futur entrer au Japon sans droits de douane, avec toutefois des périodes de transition dans certains cas. Les taxes sur le boeuf seront progressivement réduites. Le riz est exclu de l'accord.

Tokyo s'engage à reconnaître plus de 200 indications géographiques comme le Roquefort, le Tiroler Speck autrichien, le Jambon d'Ardenne belge ou la Polska Wódka (vodka polonaise), qui bénéficieront "du même niveau de protection qu'en Europe". L'accord éliminera les droits de douane très élevés sur plusieurs fromages. Les Japonais obtiennent de leur côté un libre accès au marché européen pour leur industrie automobile, mais seulement à l'issue d'une période transitoire de plusieurs années.

L'enthousiasme pour le JEFTA n'est pourtant pas unanime. "Le gouvernement français s'était engagé à "inclure le respect de l'Accord de Paris parmi les clauses essentielles des accords de coopération et de dialogue politique qui sont conclus en parallèle aux accords commerciaux", mais force est de constater que ce n'est pas le cas. L'Accord de Paris a été ajouté dans les chapitres développement durable non contraignants de l'accord, ce qui est donc purement symbolique", indique le communiqué. Contrairement à l'accord UE-Canada, actuellement contesté par l'Italie, il ne doit pas être ratifié par tous les Parlements de l'Union européenne. Il ne passera pas en revanche par chacun des Parlements nationaux, une méthode vivement critiquée par les ONG, qui dénoncent un manque de transparence.

Dernières nouvelles