Accord UE-Japon. " Un message clair contre le protectionnisme "

Accord UE-Japon. « Un message clair contre le protectionnisme »

L'UE et le Japon signent un accord "historique" de libre-échange

L'Union européenne et le Japon ont signé mardi 17 juillet à Tokyo un ambitieux accord de libre-échange. Le Jefta (Japan-EU free trade agreement) serait d'après Margaritis Schinas -la porte-parole de la Comission européenne - l'accord de libre-échange "le plus important jamais négocié par l'UE".

C'est au contraire dans "l'incertitude politique, la rhétorique agressive, l'imprévisibilité, l'irresponsabilité" que reposent "les risques réels pour nos entreprises, pas dans les accords commerciaux", a conclu Donald Tusk. C'est aussi une déclaration: pour son contenu, sa portée, mais aussi le moment choisi. Il couvrira plus de 600 millions d'habitants et un tiers du PIB mondial. Nous sommes d'avis qu'un accord commercial n'est pas un jeu à somme nulle, mais un jeu où chacune des parties prenantes est gagnante.

"Quelques mois après l'entrée en application du CETA (signé avec le Canada), l'UE a signé un nouvel accord climaticide", "dans l'indifférence générale", s'insurgent les deux ONG dans un communiqué.

"Nous montrons que nous sommes plus forts et mieux positionnés quand nous travaillons ensemble", a renchéri le président de la Commission Jean-Claude Juncker, aux côtés du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Les retombées économiques de cet accord sautent aux yeux.

Concernant les exportations agricoles en provenance de l'UE, la Commission européenne indique ainsi que l'accord va notamment: " supprimer les droits japonais sur de nombreux fromages comme le gouda et le cheddar (actuellement de 29,8 %) ainsi que sur les exportations de vin (actuellement de 15 % en moyenne); permettre à l'UE d'accroître considérablement ses exportations de viande de bœuf vers le Japon. "J'appelle maintenant le Parlement européen à approuver l'accord sans tarder afin que les entreprises, les citoyens et les agriculteurs puissent en récolter les fruits le plus rapidement possible".

L'accord ouvre également les marchés de services, en particulier les services financiers, le commerce électronique, les télécommunications et les transports.

Cet accord présente également un haut niveau d'ambition en matière de développement durable.

"Les données sont ce qui fait fonctionner l'économie globale". Par exemple, la ville de Cork en Irlande exporte des produits pharmaceutiques, laitiers et chimiques, tandis que la ville de Páty en Hongrie exporte de la viande de porc, des caisses automatiques de paiement et des produits de manucure.

L'accord est en attente de ratification par le Parlement européen et la Diète japonaise, à la suite de laquelle il pourrait entrer en vigueur en 2019.

"Comme le protectionnisme des États-Unis se répand à l'échelle internationale, l'UE et le Japon doivent servir de digue à cette tendance".

Dernières nouvelles