GB: la campagne pro-Brexit sanctionnée pour avoir enfreint le code électoral

Les pro-Brexit épinglés par la Commission électorale

Amende pour la campagne officielle pro-Brexit pour avoir enfreint le code électoral

"Vote Leave devait dépenser seulement 7 millions de livres mais la Commission électorale a trouvé des preuves significatives d'un travail commun avec une autre organisation, "Be.Leave", ce qui signifie qu'elle a dépassé de près d'un demi million de livres ses dépenses légales".

Très présent sur les réseaux sociaux et axant sa campagne sur un fort sentiment anti-establishment, Leave.EU avait toutefois été décisif dans le vote des Britanniques en faveur d'un Brexit lors du référendum du 23 juin 2016.

La commission s'est déclarée "convaincue au-delà de tout doute raisonnable que toutes les dépenses de campagne liées au référendum de Darren Grimes et de BeLeave ont été engagées dans le cadre d'un plan commun avec Vote Leave". "Vote Leave ", soutenue par des figures politiques telles que Boris Johnson, ex-ministre des Affaires étrangères, et "BeLeave " un petit groupe de militants. Les pro-Brexit affirment que la campagne pro-UE "Britain Stronger In Europe" a également utilisé des groupes intermédiaires pour contourner les limites de dépenses.

La commission électorale britannique a rendu ses conclusions quelques mois après les accusations d'un lanceur d'alerte, Christopher Wylie qui avait affirmé que la société Cambridge Analytica avait joué un rôle crucial dans les résultats du référendum.

"Le résultat serré du référendum a l'air plus suspect que jamais", a tweeté le député travailliste et pro-européen David Lammy.

Vote Leave devra payer 61.000 livres (69.000 euros) pour plusieurs infractions au code électoral, et le fondateur du groupe BeLeave, Darren Grimes, 20.000 livres, le maximum possible pour un individu. La Commission a également alerté la police. Il a regretté que les enquêteurs aient écouté de "soi-disant lanceurs d'alertes" et "n'ait interviewé personne de Vote Leave".

Mais selon la Commission, Vote Leave a "refusé de coopérer", "a rejeté nos demandes d'entretien avec un représentant et nous a forcés à utiliser nos pouvoirs légaux pour le contraindre à fournir des preuves".

Des preuves importantes avaient été trouvées. "L'amende est totalement disproportionnée et injustifiée", a-t-il réagi sur Twitter. En mai, la Commission électorale britannique avait infligé à un autre mouvement pro-Brexit, Leave.EU, une amende de 70.000 livres (79.000 euros) pour de multiples irrégularités dans le financement de sa campagne pour le référendum sur la sortie de l'Union européenne de juin 2016.

Dernières nouvelles