Retour au calme après un bombardement massif sur Gaza

Israël bombarde Gaza, quatre Palestiniens tués

Israël : déclarant avoir essuyé des tirs du Hamas, Tsahal riposte et bombarde Gaza

Nouvelle journée meurtrière à Gaza.

L'armée israélienne a toutefois dit avoir riposté samedi matin, par un tir de char contre un poste militaire du Hamas, à une tentative d'infiltration en Israël depuis le nord de la bande de Gaza.

"Des avions et des chars ont bombardé des " cibles militaires dans toute la bande Gaza " en réponse à des " tirs " visant des troupes israéliennes près de la frontière, a indiqué l'armée israélienne qui a accusé le Hamas d'avoir choisi " l'escalade ".

Cet accès de fièvre survient au moment où de nouvelles manifestations ont eu lieu près de la frontière séparant Israël de Gaza pour protester contre le blocus imposé par l'Etat hébreu à ce territoire palestinien.

Mais Israël s'irrite particulièrement ces derniers temps des cerfs-volants et ballons incendiaires lancés par certains protestataires depuis Gaza qui ont mis le feu, selon lui, à plus de 2.600 hectares sur le territoire israélien, selon l'Etat hébreu.

"J'encourage toutes les parties à travailler avec l'ONU, notamment mon coordinateur spécial" Nickolay Mladenov, "pour trouver une issue à cette situation dangereuse".

Trois guerres ont déjà opposé le Hamas et Israël depuis 2008. "Pas demain. MAINTENANT. Ceux qui veulent provoquer une guerre entre Palestiniens et Israéliens ne doivent pas y parvenir", a écrit Nickolay Mladenov sur son compte Twitter.

"Chacun dans la bande de Gaza doit s'éloigner du précipice".

Or le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a multiplié ces derniers jours les menaces d'une opération de grande envergure si le Hamas ne mettait pas fin au lancement de ces engins incendiaires. Deux Palestiniens ont été tués près de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza par des frappes israéliennes contre un poste d'observation du Hamas, selon des sources sécuritaires et le ministère de la Santé à Gaza. Pas la semaine prochaine.

Un quatrième Palestinien a été tué par des tirs de soldats israéliens près de la zone frontalière à l'est de la ville de Gaza, selon le ministère de la Santé gazaoui.

Au moins 149 Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne et plus de 4 000 blessés par balles depuis cette date.

Des membres du gouvernement tels que les ministres de l'Education Naftali Bennett et de la Sécurité intérieure Gilad Erdan ont préconisé d'attaquer systématiquement les lanceurs de cerf-volants en les considérant comme des "terroristes".

En réponse à ces cerfs-volants et ballons enflammés, Israël a encore renforcé cette semaine le blocus sur la bande de Gaza. En attendant, Israël avait renforcé son blocus sur Gaza, suspendant jusqu'à dimanche les livraisons de fioul et de gaz via Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises.

Israël n'a pas confirmé l'accord de cessez-le-feu, entré en vigueur peu après minuit mais les bombardements sur Gaza ont cessé, et aucun tir de roquette palestinien vers Israël n'a été rapporté, selon des sources israéliennes et palestiniennes. "L'un d'entre eux a été grièvement atteint et a succombé ensuite à ses blessures", a ajouté l'armée précisant avoir riposté par une série de raids aériens contre l'enclave palestinienne.

M. Lieberman a également annoncé que les zones de pêche autorisées au large de Gaza qui avaient été réduites "reviendraient à ce qu'elles étaient auparavant", sans donner d'autre précision.

Le renforcement de ce blocus intensifie la pression sur le Hamas dans un territoire où quelque 80% des deux millions d'habitants sont tributaires d'une aide, selon la Banque mondiale.

Dernières nouvelles