Brexit : le gouvernement britannique veut intensifier les négociations avec l'UE

Brexit. Bruxelles planche sur le scénario d’une rupture totale

Accord sur le Brexit: l'UE réclame des "certitudes" à Londres

À Londres, à Dublin et à Bruxelles, les préparatifs s'intensifient en vu d'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne.

"Sur le futur partenariat économique, le Livre blanc soulève trois séries de questions", a précisé M. Barnier, s'interrogeant sur le fait de savoir si les propositions britanniques étaient "opérationnelles", "dans l'intérêt de l'UE" et "compatibles avec les principes" de négociation posés par les Européens.

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici à octobre, pour permettre aux Parlements européen et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit.

Dans un récent "Livre Blanc" sur la relation future, Theresa May propose notamment une nouvelle "zone de libre-échange" qui reposerait sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agro-alimentaire.

Les tractations ont connu des avancées décisives sur la question des droits des citoyens expatriés ou encore sur le "règlement financier" du divorce, mais elle achoppe toujours sur le sort de la frontière qui va séparer l'Irlande, entre le Nord, une province qui appartient au Royaume-uni, et le Sud, qui restera dans l'UE.

"Ce Livre blanc, c'est le fruit d'un très intense débat interne au Royaume-Uni, qui était nécessaire", a estimé M. Barnier, reconnaissant que "plusieurs éléments" ouvraient la voie à "une discussion constructive". L'ex-chef de la diplomatie britannique a reproché à la Première ministre conservatrice d'avoir dévié vers un "Brexit qui n'en a que le nom" et lui a demandé de "changer de tactique", dans une courte déclaration visant une fois de plus à saper son autorité, au moment où elle négocie la sortie du pays de l'Union européenne, prévue le 29 mars 2019.

Theresa May lors de son discours au Belfast Waterfront Hall, vendredi en Irlande du Nord.

L'exécutif européen a diffusé un texte qui 'invite les Etats membres et les acteurs privés à intensifier leurs préparatifs' en anticipant tous les scénarios possibles, y compris celui d'une 'rupture brutale', au moment où les conservateurs britanniques au pouvoir à Londres n'ont de cesse de se déchirer sur leur stratégie de sortie de l'UE. "Et pas simplement de se rabattre sur des positions antérieures qui se sont déjà avérées irréalisables", a-t-elle argué. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l'accord préalable écrit de l'AFP, à l'exception de l'usage non commercial personnel.

Dernières nouvelles