RGPD : le nombre d’Européens sur Facebook a baissé pour la première fois

Logo Facebook

Les chiffres trimestriels de Facebook ont déçu entraînant une forte baisse de son titre en Bourse

Le marché attentait 13,36 milliards, ce qui explique en partie la forte baisse de l'action. "C'est une année cruciale" pour Facebook, a commenté son patron Mark Zuckerberg lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Mark Zuckerberg a indiqué que le nombre d'utilisateurs avait été impacté par la mise en place du règlement général de protection des données. Rattrapé par les polémiques à répétition de ces derniers mois, le leader mondial des réseaux sociaux Facebook vient de se prendre une de ces claques boursières comme il en a rarement vécu depuis ses débuts erratiques à Wall Street au printemps 2012.

"Nous investissons tellement dans nos systèmes de sécurité que cela va commencer à avoir un effet sur notre rentabilité, nous commençons à le voir ce trimestre". Dans un souci de "transparence", le groupe a aussi décidé de fournir aux usagers plus d'informations sur les annonceurs qui mettent des publicités sur le réseau, au risque de les échauder.

Coup de massue pour les investisseurs, le groupe a également prévenu que le ralentissement de la croissance et la hausse des dépenses allaient se poursuivre nettement dans les mois qui viennent. "Nous prévoyons que la hausse des dépenses sera supérieure à celle du chiffre d'affaires" en 2019 a enfoncé le clou David Wehner, le directeur financier de Facebook. "Ils ont atteint leur pic", a-t-il dit sur. Une croissance de seulement 1,54%, alors qu'au Q1 elle était de 3,14%. Plombé, entre autres, par les conséquences de l'affaire Cambridge Analytica, le réseau social rassemblant près de 2,2 milliards d'utilisateurs dans le monde a fait état d'un ralentissement, plus marqué que prévu, de la croissance de son chiffre d'affaires. Le réseau social a en effet annoncé que 2,5 milliards de personnes utilisaient au moins un produit de la galaxie Facebook (Facebook, Instagram, WhatsApp ou Messenger). Déception aussi concernant le nombre d'utilisateurs quotidiens actifs, qui étaient 1,47 milliard fin juin quand les marchés en attendaient 1,49 milliard.

Les annonces de mercredi ont d'autant plus fait l'effet d'une douche froide que le groupe n'avait jusque-là pas vraiment pâti financièrement des scandales, notamment autour de la prolifération des "fake news" pendant la campagne présidentielle américaine en 2016.

" Plus on s'élève et plus dure sera la chute ".

Le chiffre d'affaires de l'entreprise et la croissance des utilisateurs sont ressortis en dessous des attentes de Wall Street, puis les dirigeants de l'entreprise ont averti d'un ralentissement de la croissance à venir. Néanmoins, le bénéfice net a augmenté de 31% à 5,1%, un des rares résultats du lot à se situer légèrement au-dessus des attentes. Facebook fait l'objet de nombreuses plaintes et enquêtes dans le monde suite aux derniers scandales retentissants de ces derniers mois.

Dernières nouvelles