Perturbations à Montparnasse. Toujours un train sur deux prévu pour lundi

Wikimedia Commons  Greenski

Wikimedia Commons Greenski

Il s'agit d'une nette réduction des délais promis par le gestionnaire du réseau haute tension, qui tablait initialement sur un rétablissement du courant jeudi.

Vendredi vers 11h30, un transformateur électrique a pris feu à Issy-les-Moulineaux, privant plus de 10.000 foyers d'électricité mais également la gare Montparnasse, la deuxième plus importante du réseau français. Samedi, deux tiers des trains ont circulé.

"Tant que le courant n'est pas rétabli, nous conservons le même dispositif", a précisé un porte-parole à l'AFP.

Y a-t-il un lien avec les précédentes pannes qui ont frappé la gare?

L'atelier de maintenance ne fonctionnant plus, la SNCF doit dégrader le service dimanche, a expliqué Rachel Picard, DG de Voyages SNCF, sur CNews samedi après-midi.

La suppression de nombreux trains a entraîné la surcharge de ceux qui continuaient à circuler. Dimanche, un train sur deux est annulé, une partie du trafic étant reportée sur la gare d'Austerlitz (détail ci-dessous).

Le trafic SNCF interrompu à la gare Paris-Montparnasse, le 27 juillet 2018.

La semaine s'annonce difficile à la fois pour les voyageurs devant partir ou arriver à la gare Montparnasse, pour la SNCF et pour RTE, l'opérateur du réseau de transport d'électricité.

L'an dernier, déjà à la gare Montparnasse, le trafic avait été paralysé ce même week-end de chassé-croisé en raison d'une panne de signalisation.

Quelque 100.000 voyageurs devaient emprunter un train dans cette gare ce samedi. Les trains maintenus ont été répartis entre Montparnasse et la gare d'Austerlitz.

Seuls cinq trains au départ et un à l'arrivée sont affichés, et sur les écrans d'information la SNCF conseille de reporter son voyage. Les personnes ne pouvant partir seront intégralement remboursées, assure la SNCF.

Les TGV à destination de Tours et Poitiers sont supprimés, les voyageurs sont invités à utiliser les trains Intercités depuis Austerlitz. " Nous allons nous retourner vers notre fournisseur RTE pour lui demander de nous indemniser ", a indiqué Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF sur BMFTV, estimant alors que les perturbations devraient coûter quelques millions d'euros. RTE et ses sous-traitants travaillent "24 heures sur 24 " pour déployer des câbles et d'autres équipements, mais cela prend du temps.

De leur côté, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, et Elisabeth Borne, ministre des Transports, ont lancé une "mission d'enquête" des services de l'Etat sur cet incendie qui a mis en avant "une fragilité manifeste dans l'alimentation de substitution de la gare Montparnasse".

Celle-ci devra "faire toute la lumière sur ces conditions d'alimentation et identifier les solutions de substitution à mettre en œuvre à l'avenir pour éviter que ce type de situation ne puisse se reproduire".

Dernières nouvelles