Panne géante du métro parisien : 3.000 passagers évacués

La RATP s'excuse et s'explique après l'énorme panne sur la ligne 1 du métro

Twitter La RATP s'excuse et s'explique après l'énorme panne sur la ligne 1 du métro

Un train entre les stations Saint-Paul et Bastille a totalement paralysé le trafic.

"Il faisait très, très chaud, la clim était coupée": sur la ligne 1, Aïssatou, une commerciale de 34 ans, est montée vers 20H15 à la station Châtelet pour se rendre à Vincennes, un trajet d'une vingtaine de minutes qui a, cette fois, duré des heures.

Dans son communiqué, la RATP défend sa réaction.

Au total, huit trains ont été contraints à l'arrêt, indique le Parisien. L'incident a débuté à 20H10 sur cette ligne entièrement automatisée qui traverse Paris d'est en ouest et dessert de nombreux sites touristiques de la capitale (musée du Louvre, Jardins des Tuileries, Avenue des Champs-Elysées.).

"Au bout de trois quarts d'heure, les portes n'étaient toujours pas ouvertes, alors qu'il fait plus de 40 degrés", a raconté à l'AFP une passagère, Meryl Boy.

Selon la RATP, tous les voyageurs avaient été évacués à 22H30.

Les alarmes tirées par les passagers ont entraîné une coupure du courant, "et par la même occasion, la ventilation", a affirmé la régie parisienne. Puis: "On n'a plus de nouvelles de la part de la RATP à part un message diffusé en boucle nous disant qu'on allait bientôt être évacués".

Cinq personnes ont fait des malaises, dont une femme enceinte et une personne âgée qui ont été hospitalisées, ont rapporté les pompiers.

La RATP a expliqué ce mercredi matin que la ligne 1 du métro, qui est totalement automatisée, avait été renforcée pour compenser la fermeture pour travaux d'une partie du RER A. Un train toutes les 90 secondes circule sur cette ligne.

Faire passer les informations a aussi été très difficile mardi soir car des centaines d'appels auprès du poste de commandement de la ligne ont saturé le système d'informations voyageurs à bord des trains. Plus de 3 000 personnes se sont retrouvées prises au piège dans une rame de métro surchauffée. Ainsi, Nicolas, bloqué depuis plus d'une heure entre Charles de Gaulle et Georges V, qui témoigne au Figaro: "Une chaleur insupportable, les gens perdent patience et commencent à s'énerver, des enfants pleurent".

Devant la colère de nombreux voyageurs, notamment sur les réseaux sociaux, quelques jours seulement après la rupture de l'alimentation électrique de la gare Montparnasse, la régie a présenté "ses excuses aux voyageurs qui ont eu à subir les conditions pénibles d'attente et d'évacuation".

Dans un tweet, Valérie Pécresse, la présidente de droite de la région Île-de-France, s'est dite "indignée" qu'Ile-de-France Mobilités, l'instance qui finance les transports publics dans la région, n'ait pas été "tenue informée" de cette interruption.

Dernières nouvelles