La mère d'Oussama Ben Laden s'exprime publiquement pour la première fois

Alia Ghanem a accordé une interview au"Guardian, vendredi 3

Au début, nous étions très fier de lui. "Il était un très bon gamin". Sa mère se rappelle systématiquement de l'enfant qu'elle aimé quand on lui parle de celui qui a suivi: "Il était très droit". Une mère qui avoue avoir énormément souffert, tant le lien entre elle et son fils était intense dans la jeunesse d'Oussama: "C'était un très bon enfant, et il m'aimait énormément [.] Ma vie a été très difficile parce qu'il était si loin de moi". Même le gouvernement saoudien le traitait de façon très respectueuse et noble. Les dirigeants de l'Arabie saoudite croient que, s'ils laissent parler la famille, les gens comprendront que le pays n'a rien à voir avec le drame. "Et puis Oussama le moudjahid est arrivé", a-t-elle indiqué.

Pour Alia Ghanem, la radicalisation de son fils a débuté à l'université de Djeddah où il étudiait l'économie. Il aimait vraiment étudier.

L'ancien chef de l'organisation terroriste islamiste Al-Qaïda, du nom d'Oussama Ben Laden, a été tué lors d'un raid américain au Pakistan en 2011. Les gens à l'université l'ont changé.

Sa famille l'avait vu pour la dernière fois en 1999, près de Kandahar, en Afghanistan.

Alia Ghanem a accueilli les journalistes du quotidien britannique chez elle, en présence du frère d'Oussama Ben Laden. Je lui disais toujours de rester loin d'eux, et il ne me racontait jamais ce qu'il faisait, parce qu'il m'aimait tellement. "Il s'était faufilé sous le couvert de l'entreprise familiale".

Oussama Ben Laden, du temps où la CIA assurait sa propagande. D. R.

Quand on lui a demandé si elle avait déjà pensé que son fils deviendrait un djihadiste.

A la question de sa connaissance sur les activités terroristes de son fils, elle répond que "ça ne m'a jamais traversé l'esprit". "Nous étions extrêmement choqués. Pourquoi aurait-il tout foutu en l'air comme ça?"

Dernières nouvelles