Chine - USA : guerre des mots après la menace américaine

Avec Trump nous sommes loin de la surenchère protectionniste des années 30

Le 19 juillet 2017 à Washington avec une pince multiprise Make America Great

Vendredi, la Chine s'est dite prête à prendre une telle décision en réponse au durcissement de la position de Washington, qui a récemment menacé de relever de 10 % à 25 % les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine dès septembre. "La date d'application" de ces nouvelles surtaxes douanières par le géant asiatique "est suspendue aux actions des Etats-Unis", a-t-il précisé.

Les produits concernés vont du gaz naturel liquéfié à certains hélicoptères et avions de petite taille en passant par des biens agricoles comme l'huile de soja ou le café mais aussi le boeuf, les spiritueux ou certains semi-conducteurs et le minerai de fer.

La Chine se réserve le droit d'adopter "d'autres contre-mesures", ajoute le ministère du Commerce, avant de marteler: "toute menace ou tout chantage unilatéral ne fera qu'exacerber les différends".

"Cette menace de représailles intervient alors que le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a exhorté les Etats-Unis à " garder la tête froide " et à négocier " sur un pied d'égalité ".

De fait, le régime communiste ne ferme pas la porte à une reprise des pourparlers, mais seul " le dialogue, sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des bénéfices communs, est une voie efficace pour résoudre nos différends commerciaux", insiste le ministère du Commerce. Et depuis début juillet, les deux pays se sont infligés des taxes douanières supplémentaires de 25% sur 34 milliards de marchandises.

Donald Trump a averti qu'à terme, plus de 500 milliards de dollars (425 milliards d'euros) de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxées.

Les derniers chiffres du commerce extérieur américain, publiés ce vendredi, auront de surcroît irrité plus encore Washington contre Pékin: alors que le déficit commercial global des Etats-Unis a atteint 46,3 milliards de dollars en juin, soit une hausse de 7,3 % inédite en 19 mois, le déficit américain vis-à-vis de la Chine s'est sur la même période encore creusé de +1,3 %, à 32,45 milliards de dollars.

Ce répertoire hétéroclite comprenait poissons et fruits de mer, pneus, articles en cuir, bois, papier ou encore des composants chimiques.

Cs sont les tarifs douaniers sur ces produits que Washington envisage désormais de relever drastiquement, jusqu'à 25%, selon des déclarations mercredi du représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer.

Selon lui, il s'agit avant tout d' "une option supplémentaire pour encourager Pékin à changer sa politique et son comportement préjudiciables ". Les Etats-Unis et la Chine, qui connaissent une escalade de violence et d'agressivité depuis plusieurs semaines, ne semblent pas pouvoir s'arrêter pour le moment.

" C'est parce que les Américains n'ont eu de cesse d'aggraver toujours davantage la situation, au mépris des intérêts des entreprises et consommateurs des deux pays, que la Chine s'est vu forcée d'adopter des contre-mesures", soulignait vendredi le ministère du Commerce.

Ces représailles étaient "nécessaires (.) pour défendre la dignité du pays et les intérêts de son peuple et préserver le libre-échange", ajoute-t-il.

La stratégie de l'"oeil pour oeil, dent pour dent" sur les droits de douane pourrait néanmoins trouver ses limites car la Chine importe presque quatre fois moins qu'elle n'exporte vers les Etats-Unis.

Dernières nouvelles