4 morts dans une fusillade — Urgent-Canada

Urgent: Au moins quatre morts dans une fusillade au Canada

France/Monde | Canada : quatre morts dans une fusillade

Un suspect a été arrêté vendredi 10 août, peu après une fusillade qui a fait au moins quatre morts dans la ville canadienne de Fredericton, a annoncé la police locale.

Cette sanglante matinée survient seulement quatre ans après une autre fusillade qui a marqué la police au fer rouge au Nouveau-Brunswick. Rachel Le Blanc, également interrogée par la chaîne, a déclaré avoir entendu quatre coups de feu.

"Nous avons un suspect en détention" et "nous pouvons confirmer qu'il n'y a plus de menace pour le public", avait-elle expliqué dans un tweet.

Interrogés par les télévisions, des témoins ont vu le canon d'une arme sortant de la fenêtre d'un petit immeuble, tirant en direction d'une cour.

Une opération des forces de l'ordre a lieu sur la promenade Brookside, dans un quartier résidentiel de la ville.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a immédiatement réagi à cette "terrible nouvelle".

"J'ai entendu ce que je pensais être des enfants qui jouaient avec des pétards. C'était surréaliste, comme dans un film", a raconté à Radio-Canada Pierre Huard, un résident du quartier. Joint par La Presse peu après 10h, le directeur de l'établissement, Bill Henwood, a lui aussi dit que cette "tragédie" est un grand choc pour tous, dans ce quartier qu'il décrit comme "très tranquille" et "où il y a très peu de criminalité".

Fredericton, 56 000 habitants, est la capitale de la province du Nouveau-Brunswick, dans l'est du pays.

Trois policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) avaient été abattus en pleine rue à Moncton, principale ville du Nouveau-Brunswick, par un homme qui avait fait feu sur eux.

L'assassin a été condamné à 75 ans de prison, la plus dure sentence imposée à une personne reconnue coupable dans les annales récentes au Canada.

La fusillade avait été revendiquée par le groupe État islamique (EI), mais la police a affirmé n'avoir aucune preuve permettant d'étayer cette revendication. En outre, selon Statistique Canada, 7700 Canadiens ont été victimes d'un crime violent en 2017 impliquant une arme à feu, poursuivant la tendance à la hausse amorcée en 2013.

Dernières nouvelles