La Force de l'espace de Trump à partir de 2020

La Nasa fête ses 60 ans et veut renouer avec la gloire

High-tech La Nasa fête ses 60 ans et veut renouer avec la gloire High-tech Tremblez extraterrestres les États-Unis vont créer une"Force de l'espace

" L'heure est venue d'établir la Force de l'espace des Etats-Unis ": le vice-président américain Mike Pence a dévoilé ce jeudi, devant des militaires au Pentagone, les plans de l'administration américaine pour établir une " Space Force ".

Il a ajouté que les préparatifs étaient désormais en cours pour faire de cette force spatiale la sixième branche des forces armées, aux côtés de l'armée de terre (US Army), l'armée de l'air (US Air Force, qui gère actuellement la responsabilité de l'espace), la marine (US Navy), le corps des Marines et les garde-côtes, comme l'avait ordonné en mai Donald Trump. "Aujourd'hui, d'autres nations cherchent à perturber nos systèmes basés dans l'espace et contestent comme jamais la suprématie américaine". Dès juin, Donald Trump s'était cependant voulu rassurant: " Nous aurons une armée de l'air et une force armée de l'espace, séparée mais égale", avait-il assuré. Et le vice-président de citer le lancement en 2007 par la Chine d'un missile qui a repéré et détruit un de ses propres satellites, ce qu'il a qualifié de "démonstration hautement provocatrice de la capacité croissante de la Chine à militariser l'espace". Sa création doit toutefois recevoir l'aval du Congrès.

Cette annonce de la création d'une "Force de l'espace" pose néanmoins question par rapport au traité international sur la neutralité de l'espace. Il a par ailleurs mentionné les projets russes de laser aéroporté et de missile destinés à détruire les satellites américains. Pour lui, il est grand temps que les USA s'établissent durablement dans le domaine: "Nos adversaires ont déjà transformé l'espace en domaine de combat". Les défenseurs d'une Space Force considèrent l'espace comme un milieu en soi, qui pourrait être le théâtre d'actions militaires spécifiques.

"Il est officiel que lors de la première mission de la Force armée spatiale, Mike Pence ne sera pas autorisé à visiter Vénus seul", a conclu un autre. Or de nombreux élus et hauts responsables du Pentagone s'inquiètent du coût représenté par le projet, notamment parce qu'il implique la création de centaines de postes administratifs. "Il faut que nous considérions l'espace comme un domaine de combat en développement et il est certain qu'un commandement militaire fait partie des choses qu'on peut créer", a-t-il indiqué. Le ministre de la Défense, Jim Mattis, s'était lui-même montré sceptique l'an dernier. Selon ses dires, les États-Unis sont résolus à obtenir le leadership dans l'espace et n'envisagent pas de "traîner" derrière la Russie et la Chine.

Dernières nouvelles