USA. Une ex-conseillère de Trump diffuse l’enregistrement de son licenciement

Une ex conseillère de Trump fait de graves révélations à la télévision

Une ex conseillère de Trump fait de graves révélations à la télévision

Une information classée top secrète que la jeune femme n'a pas hésité à dévoiler, affirmant au passage qu'il ne s'agissait ici, que d'une simple stratégie de défense au sein d'une Maison Blanche qui, durant son passage qui aura duré pas moins d'un an, n'a eu de cesse de mentir.

Omarosa Manigault aura passé un an à la Maison Blanche, avant d'en être brutalement écartée.

Selon l'ancienne conseillère, où l'on entend une voix qui serait celle de John F. Kelly - le secrétaire général de la Maison Blanche -, qui invoque des "problèmes d'intégrité importants" pour justifier son licenciement.

Une ancienne conseillère de la Maison Blanche a diffusé ce lundi 13 août l'enregistrement d'une conversation privée avec Donald Trump, nouvel épisode dans une série de révélations orchestrées avant la sortie de ses mémoires qui lui a valu une réponse cinglante du président américain.

En décembre 2017 à l'annonce de son départ de la Maison Blanche, Omarosa Manigault Newman avait déjà évoqué la question mais s'était montrée plus modérée dans ses propos.

La Situation Room, la salle de gestion des crises, située au sous-sol du siège de la présidence américaine, est ultra-sécurisée et les appareils électroniques y sont interdits.

"Ils me conduisent dans la salle de crise, les portes sont verrouillées, ils me disent que je ne peux pas en partir et ils commencent à me menacer, à me faire peur, à me contraindre", a raconté Omarosa Manigault Newman dans une interview dans l'émission Meet The Press de la chaîne télévisée NBC qui a présenté l'enregistrement. Elle assure avoir entendu une vidéo, tournée début 2015, dans laquelle le président américain emploie le terme "nègre", confirmant "ce qu'elle craignait": "Donald Trump est un arnaqueur qui se fait passer pour quelqu'un d'ouvert envers les communautés", a-t-elle assuré à l'antenne de NBC News. "Il faut se protéger tout seul sinon tu risques de recevoir 17 coups de couteau dans le dos", a déclaré cette ancienne candidate de l'émission de télé-réalité "The Apprentice", animée pendant des années par Donald Trump. Des accusations balayées d'un revers de la main par les principaux intéressés, qui n'ont d'ailleurs pas hésité à comparer Manigault Newman à une ancienne employée mécontente.

Pêle-mêle, le Washington Post a écrit, met en scène Donald Trump comme un véritable homme politique, raciste, et un misogyne. "L'idée même qu'un membre du personnel puisse faire entrer un appareil d'enregistrement dans la salle de crise témoigne d'un mépris flagrant pour notre sécurité nationale", a déclaré Sarah Sanders dans un communiqué. Le président ment au peuple américain, (la porte-parole) Sarah Sanders se tient devant le pays et ment tous les jours. "Elle a qualifié le président de " raciste " et lui, en retour, l'a traitée de " minable " pour avoir procédé à ces enregistrements".

Dernières nouvelles