Matteo Salvini accuse l'Europe après l'effondrement du viaduc — Gênes

Le pont Morandi à Gênes après l'effondrement mardi

Le pont Morandi à Gênes après l'effondrement mardi. AFP

La direction de la société précise en outre que "les structures techniques d'Autostrade per l'Italia sont en train de fournir aux institutions compétentes tout l'appui nécessaire pour déterminer les causes de l'événement tragique et pour la remise en état de l'autoroute le plus rapidement possible". Il y a également quatre Français, ainsi que trois Chiliens qui résidaient en Italie, selon les services diplomatiques des deux pays concernés. "Pour Luigi Di Maio, vice-Premier ministre et chef de file du Mouvement 5 étoiles, le pont s'est écroulé " parce que la maintenance n'a pas été faite ". Alors que la ville de Ligurie, grand port marchand de l'état transalpin faisait face à gros orage, une portion d'un viaduc de l'autoroute A10, le ponte Morandi traversant la ville, s'est effondré. Le bilan de la catastrophe s'élève désormais à 38 morts et plusieurs disparus, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini.

L'effondrement soudain et encore inexpliqué de cet ouvrage massif en béton des années 1960, appelé pont Morandi du nom de son concepteur, a précipité environ 35 voitures et quelques camions dans le vide d'une hauteur de 45 mètres.

Le pont était connu pour présenter des problèmes structurels et les responsables politiques ont appelé à ce que les coupables éventuels de négligences soient identifiés et punis.

Le ministre de l'Intérieur s'en est lui pris mardi soir au manque d'entretien.

"La révocation des concessions est un minimum", a pour sa part lancé Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) et lui aussi vice-premier ministre, attendu à Gênes dans l'après-midi. Il a annoncé "un plan extraordinaire" afin d'évaluer l'état des infrastructures dans toute l'Italie.

A la tombée de la nuit, dans un amas impressionnant de tôles et de béton, des centaines de secouristes fouillaient toujours les décombres du viaduc avec l'aide de chiens, à la recherche de survivants.

"On ne perd pas l'espoir de retrouver des survivants", confiait au petit matin Emanuele Gissi, commandant adjoint des pompiers de la région Piémont. "Un drame effrayant et absurde s'est abattu sur des personnes et des familles", a déclaré le président italien Sergio Mattarella dans un communiqué. "Aucune autorité ne pourra se soustraire à un exercice de pleine responsabilité: les familles de tant de victimes l'exigent, de même que la communauté frappée par un événement qui laissera des traces".

Dernières nouvelles