" "Polémique. Quand un médecin propose de " traiter " l’homosexualité par l’homéopathie

Homosexualité et homéopathie un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controvers

Homosexualité et homéopathie un médecin basé à Genève et Lausanne propose un traitement controversé 19h min. à 19:30

Cette poudre de perlimpinpin pourrait faire sourire si elle n'alimentait pas une rhétorique homophobe insultante et discriminante.

Quelques granules d'Argentum nitricum contre le Don Juanisme, un peu de Platina à faire fondre sous la langue pour lutter contre les problématiques de séduction et de domination. S'il n'est tenu que par des médecins généralistes certifiés, il est apparu que l'un d'entre eux a proposé un traitement homéopathie pour "soigner" l'homosexualité.

Jean-Yves Henry, qui se dit médecin généraliste sur le site Médecine-intégrée, propose de "soigner" l'homosexualité. Le traitement proposé, détaillé sur son site Internet, se passe de commentaires. "Il se trouve que la matière médicale homéopathique comporte des remèdes agissant sur l'exacerbation de ces symptômes", y écrit notamment ce docteur, exilé en Suisse.

"Et pour les filles " dominatrice et jalouse", du Lachesis, du Sepia " pour celles qui ont du mal à accepter leur féminité " et du Natrum muriaticum pour celles qui sont " anxieuses " et " mélancoliques ".

Des propos qui scandalisent les associations de lutte contre l'homophobie. Dans une interview accordée à France Info, Joël Deumier, le président de SOS homophobie a indiqué: "Considérer l'homosexualité comme une maladie est une idée reçue encore très tenace, ancrée dans les mentalités".

La polémique a enflé ces derniers jours autour de cet article et le syndicat national des médecin homéopathes a vivement condamné ces prescriptions mensongères. "Rappelons que le taux de suicide chez les jeunes LGBT est trois à sept fois plus élevé que dans le reste de la population". Ces stéréotypes doivent être combattus car ils nourrissent l'homophobie (.) Si un jeune pense que son homosexualité relève de la pathologie, il risque de s'isoler. "C'est complètement délirant, l'homosexualité n'a jamais été une maladie!".

Dernières nouvelles