Etats-Unis : plus de 300 prêtres "prédateurs" accusés de pédophilie en Pennsylvanie

Une église à Mohrsville en Pennsylvanie où une enquête a révélé les abus sexuels de 300

États-Unis : 300 prêtres accusés de pédophilie. Plus de 1000 enfants victimes

Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie a dévoilé des abus sexuels perpétrés par plus de 300 "prêtres prédateurs" et couverts par l'Église catholique de cet État, qui ont visé au moins mille enfants.

Dans une lettre publiée dès la semaine dernière, Mgr David A. Zubik, archevêque de Pittsburgh, au nord-est des États-Unis, avait demandé à ses diocésains de se préparer à des révélations " tristes et tragiques ".

Quatre-vingt-dix pour cent des faits se seraient déroulés avant 1990. " Nous ne les avons probablement pas tous mentionnés ", a expliqué Josh Shapiro, le procureur général de Pennsylvanie, lors d'une conférence de presse.

D'après le magistrat, ces prêtres se sont servis de "la foi comme d'une arme" pour faire taire leurs victimes, prenant l'exemple de l'un d'entre eux qui aurait décrit à des enfants comment "Marie devait lécher Jésus pour qu'il reste propre après sa naissance", afin d'obtenir des fellations.

La lecture de ce rapport, ponctué d'anecdotes sordides, est glaçante.

Le rapport final, rédigé par un jury populaire auquel avaient été soumises les conclusions de l'enquête, indique que "quasiment tous les cas" allégués sont aujourd'hui frappés par la prescription et ne peuvent être poursuivis pénalement.

C'est la plus grosse enquête en termes de nombre de cas révélés.

Deux prêtres ont néanmoins été inculpés, l'un pour des agressions sexuelles répétées sur plusieurs enfants, dont les plus récentes remontent à 2010. L'autre, accusé d'agression sur un enfant de sept ans, a plaidé coupable fin juillet.

► Qui a mené cette investigation?

"Durant des décennies", ont écrit les membres du jury dans le rapport publié mardi. Ce dernier, qui s'étale sur plus de 900 pages, a nécessité deux ans de travail. D'un ton cinglant, le rapport dépeint une hiérarchie catholique très ingénieuse pour empêcher l'ébruitement des abus sexuels et protéger les auteurs de ces agressions.

Malgré des réformes institutionnelles, " les hauts responsables de l'Église ont le plus souvent échappé à leurs responsabilités ", enfonce le rapport. L'enquête met également en cause des policiers pour avoir refusé d'enquêter sur des accusations visant les prêtres.

Dans le rapport, les jurés proposent plusieurs réformes, comme l'allongement du délai de prescription, sur le plan pénal et civil, et de restreindre les accords de confidentialité auxquels l'Eglise catholique a fait beaucoup appel.

Dernières nouvelles