Un selfie du rappeur Kaaris en prison sème le trouble

Le rappeur Kaaris est détenu à Fresne dans l'attente de son procès après sa rixe avec Booba à Orly

Le rappeur Kaaris est détenu à Fresne dans l'attente de son procès après sa rixe avec Booba à Orly

Malgré l'interdiction des téléphones portables en prison, le rappeur Kaaris, en détention à Fresnes (Val-de-Marne), a fait un selfie et été filmé et par un ou des autres détenus.

Kaaris attire visiblement de nombreux regards au centre pénitentiaire de Fresnes. Un cliché qui a été pris "soit dans une cellule ou une salle d'activités" précise Cédric Boyer, surveillant pénitentiaire de Force Ouvrière, à Fresnes, interrogé par France Info.

Toujours selon Cédric Boyer, une enquête de l'administration pénitentiaire sera mise en place après cette affaire du selfie.

Sur des vidéos, prises par d'autres détenus, on voit également le rappeur déambuler, seul, dans une cour de promenade.

Comme le relève Le Parisien, ce logiciel n'est normalement accessible qu'au personnel pénitentiaire. On y voit notamment son identité, son âge, la date de sa libération ou encore le solde de son compte pour la cantine de la prison. "Il y a là-dedans des informations qui ne sont pas censées être rendues publiques, comme l'emplacement des cellules ou le numéro d'écrou", évoque une source dans les colonnes du quotidien.

Le 1er août, Kaaris et Booba devaient prendre un avion pour Barcelone pour s'y produire séparément dans la soirée. La raison? Un selfie du rappeur avec un autre détenu qui circule sur les réseaux sociaux et est venu illustrer l'un des dysfonctionnements des établissements pénitentiaires. Et alors que les deux se rejettent la faute pour savoir qui à l'origine de la baston (Booba aurait craint pour sa vie, ce qui l'a obligé à se défendre), des images de la détention des deux rappeurs viennent de fuiter sur internet. Les deux rappeurs et neuf membres de leurs clans respectifs, qui sont tous accusés de violences aggravées, risquent jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.

Dernières nouvelles