Cannabis : hausse constante des intoxications d'enfants

L'ANSM tire la sonnette d'alarme sur ce phénomène sous-estim

L'ANSM tire la sonnette d'alarme sur ce phénomène sous-estim

Les intoxications accidentelles au cannabis chez les enfants, principalement chez les moins de deux ans, ne cessent d'augmenter, alerte l'Agence du médicament (ANSM) en rappelant leur gravité. Le nombre de cas graves a, quant à lui, été multiplié par cinq. Elle met en évidence "2,5 fois plus d'intoxications" chez les enfants, en comparant des données enregistrées entre 2010 et 2014 et d'autres effectuées entre janvier 2015 et septembre 2017.

Ces intoxications qui surviennent le plus souvent dans un cadre familial, marquent une recrudescence en période estivale et lors des fêtes de fin d'année.

Les très jeunes enfants sont parmi les premiers touchés. En effet, pendant la première enquête (60 mois), 120 petits sur 140 ont été hospitalisés contre 140 sur 194 pendant la seconde (33 mois).

L'Agence du médicament ANSM relève également "cinq fois plus de cas graves".

En cause, un changement dans les modes de production du cannabis.

D'après l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies ("Drogues, chiffres clés "de juin 2017), l'aggravation des risques encourus lors d'intoxications au cannabis est notamment due au fait que la teneur moyenne de delta-9-THC dans la résine de cannabis a triplé en dix ans pour atteindre 23 %".

Les principaux signes de l'intoxication sont une somnolence (56%), une agitation (30%), une dilatation des pupilles (27%), un relâchement musculaire appelé hypotonie (20%).

En cas d'ingestion ou de suspicion d'ingestion de cannabis, les structures d'urgences (Samu Centres 15) doivent être immédiatement prévenues, conseille-t-elle.

Si vous avez des difficultés à visionner la vidéo, cliquez ici.

Dernières nouvelles