Prélèvement à la source : Macron réclame des clarifications avant le top départ

BERCY DÉMENT TOUT REPORT DU PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE

BERCY DÉMENT TOUT REPORT DU PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE

Cependant, à la différence du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin qui se montre très ferme sur le calendrier du prélèvement à la source dans ses déclarations, Emmanuel Macron a choisi demployer le conditionnel: " Si je pensais quil ne fallait pas faire cette réforme, si javais des certitudes établies, jaurais décidé il y a un an de labandonner.

"J'ai plutôt l'intention de conduire cette réforme à son terme, mais j'ai demandé aux ministres compétents de répondre à toutes les questions qui se posent encore, avant de donner une directive finale", a dit le président au cours d'une conférence de presse à Helsinki.

L'impôt sera collecté directement sur les salaires ou les retraites, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement.

"Le président de la République sait que c'est une réforme importante qui peut semer le trouble".

Le prélèvement à la source de limpôt sur le revenu sera-t-il bien mis en place au 1er janvier 2019?

"Et Gérald Darmanin répond que tout va bien se passer (.) il va apporter toutes les réponses dont le président de la République a besoin".

La mise en oeuvre du dispositif suscite la préoccupation de chefs d'entreprise et de syndicats, qui s'inquiètent de possibles failles ou angles morts.

Samedi, le ministre a exclu toute crainte d'ordre technique, mais a reconnu que les débats au sein de l'exécutif portaient sur les conséquences psychologiques de la réforme. Est-ce techniquement, on est prêt? Oui. Est ce que psychologiquement les Français sont prêts?

L'ancien secrétaire d'État en charge du Budget, Christian Eckert, a estimé hier dans une interview au journal Libération que les hésitations de l'exécutif sur le prélèvement à la source s'expliquent avant tout pour des raisons "politiques".

Pour Christian Eckert, "la majorité craint de payer dans les urnes aux prochaines européennes des fiches de paie et des bulletins de pensions avec des montants en baisse".

Des réunions sur le sujet doivent avoir lieu tout le mois de septembre, avait encore indiqué M. Darmanin lundi.

Mais pour Gérald Darmanin, la mise en place du prélèvement à la source représente au contraire "une réforme d'amélioration de la trésorerie et d'amélioration du pouvoir d'achat". "C'est un sujet sur lequel il faut rassurer", a-t-il ajouté.

Dernières nouvelles