La CGEM participe à la conférence des entrepreneurs — Chine-Afrique

Ouyahia à Pékin pour le forum sino-africain — TSA

Messahel prend part à la 7e conférence ministérielle du Forum de coopération Chine-Afrique

Seul le Swaziland manque à l'appel.

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, est arrivé ce dimanche à Pékin pour prendre part au troisième Sommet du Forum de coopération Sino-Africain (FOCAC), prévu les 3 et 4 septembre 2018, rapporte l'agence officielle.

Le président Xi Jinping, lors de la cérémonie d'ouverture du sommet Chine Afrique à Pékin, lundi.

Pour le vice-Premier ministre, Léonard She Okitundu, l'Afrique doit s'inspirer de la Chine et non de la copier, avant d'indiquer que l'Afrique doit être conséquente et ne pas engager sa souveraineté, mais plutôt bien définir les contours d'éventuels contrats avec la Chine en vue de respecter l'aspect gagnant-gagnant. A ce rythme, ils pourraient dépasser les 100 milliards de dollars à horizon 2020, pronostique Moody's.

L'évolution de l'économie mondiale avec la croissance des investissements et des échanges commerciaux qui ont amélioré de manière significative les conditions de vie de centaines de millions de personnes, le développement spectaculaire de la Chine étant à cet égard un témoignage éloquent, poursuit WWF qui rappelle, cependant, que les générations futures ont également le droit de jouir d'un environnement naturel sain. Plus de 2.500 entreprises chinoises sont désormais implantées en Afrique, dans le secteur des matières premières mais aussi l'agriculture, le BTP ou les télécoms. Deux fonds (respectivement de 10 et de 5 milliards de dollars), consacrés à la finance du développement et au financement des importations de biens africains, seront créés.

Ces initiatives suscitent toutefois des critiques croissantes venues de l'Occident qui soulignent l'envolée de l'endettement de certains pays. "Ce n'est pas un repas gratuit ", a mis en garde la patronne du FMI, alors que la Chine a prêté un total de 125 milliards de dollars à l'Afrique en l'espace de quinze ans, selon le cabinet américain China Africa Research Initiative (Cari). Signe de l'importance stratégique de l'Afrique pour le géant asiatique, il a choisi Djibouti pour ouvrir en 2017 sa première base militaire à l'étranger.

Si ces inquiétudes sont balayées par la Chine et la plupart des chefs d'Etat africains, la présence chinoise en Afrique essuie tout de même de critiques, notamment parmi les populations. Dans certains pays comme Madagascar, la Chine est également régulièrement accusée de participer au pillage des ressources naturelles.

Dernières nouvelles