Prélèvement de l'impôt à la source : le gouvernement maintient sa décision

Prélèvement à la source : Macron donne son feu vert

Impôt à la source : l'Elysée donne son feu vert à la réforme

"Je vous confirme qu'au premier janvier de l'année 2019, l'impôt sera prélevé à la source", a-t-il confirmé. Mais la publication par le journal Le Parisien d'une note du fisc faisant état de plusieurs centaines de milliers d'erreurs lors de la phase d'essai a mis de l'huile sur le feu et semé le doute sur la faisabilité de la réforme.

Les deux hommes se sont rencontrés mardi en fin de matinée, en présence du Premier ministre, Edouard Philippe. "Nous voulions des garanties quant au bon déroulement de cette réforme et nous les avons reçues aujourd'hui ", a déclaré Edouard Philippe.

Il a d'autre part assuré que la mise en oeuvre du prélèvement à la source, qui interviendra pour la première fois sur les bulletins de paie de janvier 2019, ne pénaliserait pas en terme de trésorerie ceux qui bénéficient d'abattements. "Nous avons fait en sorte que tous ceux qui font des dons aux associations, qui bénéficient d'une réduction d'impôt, que tous ceux qui s'inscrivent dans ce type de démarches puissent bénéficier en trésorerie de la réforme", a dit Edouard Philippe.

Avant de mettre en oeuvre cette réforme déjà repoussée d'un an, Emmanuel Macron avait dit la semaine dernière "besoin d'une série de réponses très précises et d'être sûr de ce que nos concitoyens vivront le jour où on le mettra en place si on le met en place". L'opposition de droite mais aussi Jean-Luc Mélenchon ont dit leur opposition au prélèvement à la source, tandis que les organisations patronales sont opposées à ce que les employeurs collectent l'impôt, soulignant le coût de la mesure en particulier pour les PME.

Le passage au prélèvement à la source n'empêchera pas de continuer à bénéficier de réductions ou de crédits d'impôts.

En confirmant le lancement de la réforme dans quatre mois, le gouvernement est soutenu par une majorité de Français, selon un baromètre de l'économie Odoxa, réalisé pour Aviva, Challenges et BFM Business.

Le prélèvement à la source est au cœur de toutes les discussions dans la classe politique et dans l'opinion publique depuis de nombreux mois.

François Hollande et Emmanuel Macron, son conseiller à l'Elysée à l'époque, avaient pourtant les idées claires au départ: partir d'un sous-jacent idéologique (répartition moins inégalitaire de l'impôt, en oubliant le principe constitutionnel de l'égalité des Français devant l'impôt ...) pour instituer le PAS et pouvoir ensuite fusionner plus facilement ces cotisations sociales (qui avaient pourtant le gros avantage d'être des impôts à taux raisonnables avec des assiettes larges ...) avec l'Impôt sur le Revenu (ci-après IR), afin de les rendre progressives et non plus proportionnelles.

Dernières nouvelles