Audition chaotique au Sénat américain pour le juge Brett Kavanaugh

Le juge Brett Kavanaugh candidat à la Cour suprême nommé par Donald Trump sert la main du président américain le 9 juillet 2018 à la Maison Blanche

Le candidat de Trump à la Cour suprême, sous le feu des démocrates mardi

Sous les cris de manifestants rompant régulièrement l'ambiance d'ordinaire feutrée du Sénat, ils ont tenu parole dès l'ouverture de l'audition de confirmation, en commission judiciaire.

Le juge Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump pour siéger à la Cour suprême, a défendu mercredi l'indépendance de la justice devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat. Mais il sera rapidement remplacé par un autre républicain, qui devrait voter pour Brett Kavanaugh, sauf surprise. Arrivé tout sourire en famille, Brett Kavanaugh, 53 ans, est resté de marbre alors que plusieurs membres du public dénonçaient, en criant, une "mascarade". "Plus de femmes vont être forcées d'avorter clandestinement", a hurlé une manifestante.

Les sénateurs républicains ont affirmé que jamais autant de documents n'avaient été livrés pour la confirmation d'un juge à la Cour suprême.

Ils s'indignent également de n'avoir pas pu consulter à temps des dizaines de milliers de pages de documents retraçant sa carrière, notamment son passage à la Maison-Blanche sous George W. Bush.

Ils le soupçonnent d'avoir joué un rôle dans les décisions liées aux techniques d'interrogatoires musclées pendant les guerres en Irak et en Afghanistan. "Ce président ou tout autre est-il au-dessus des lois?" l'a interrogé le démocrate Dick Durbin dans son introduction.

Le président républicain a désigné Brett Kavanaugh cet été pour remplacer le juge Anthony Kennedy, qui a annoncé son départ à la retraite le 27 juin. Le magistrat avait un rôle pivot, entre quatre juges démocrates, et quatre juges conservateurs.

Le juge Brett Kavanaugh a brandi un exemplaire de la Constitution mercredi durant son audition au Congrès. Brett Kavanaugh saluera le rôle d'Anthony Kennedy, pour qui il a travaillé.

"Donald Trump a mené à bien sa menace de nommer un magistrat qui sapera les droits et libertés fondamentales", renchérit Human Rights Campaign, grande association américaine de défense des droits LGBT.

Très attendue, son audition publique démarrera mardi à 09h30 (13h30 heure de Paris) avec sa déclaration et celles d'une trentaine d'intervenants, dont l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice.

Les républicains disposent d'une courte majorité (51-49) au Sénat, qui a le dernier mot sur les nominations présidentielles, à vie, à la Cour suprême.

Tous les yeux sont donc tournés vers deux sénatrices républicaines et les trois à cinq démocrates qui pourraient faire basculer le vote.

Aucun ne s'est encore fermement prononcé mais l'une des républicaines pro-avortement, Susan Collins, semble désormais pencher vers le "oui".

La Maison Blanche apparaît confiante sur une confirmation rapide.

Dernières nouvelles