La faculté de médecine de Lille suspend son diplôme d'homéopathie

La faculté de médecine Lille suspend son diplôme d’homéopathie

L'homéopathie est une pratique pseudo-scientifique de médecine alternative. Sa pratique nourrit de nombreux

Les représentants des doyens des facultés de médecine et de pharmacie estiment qu'il faut continuer l'enseignement universitaire de l'homéopathie, pourtant jugée inefficace par de nombreux professionnels de santé qui dénonce son remboursement par l'Assurance maladie.

La faculté de médecine de Lille a suspendu son diplôme d'homéopathie pour l'année universitaire 2018-2019.

"L'homéopathie n'a pas évolué, c'est une doctrine qui est restée en marge du mouvement scientifique ": interrogé ce dimanche sur France info, le professeur Didier Gosset ne mâchait pas ses mots pour justifier la suspension du diplôme national d'homéopathie. Il s'agit d'une position prise "dans le cadre d'une réflexion scientifique et pédagogique", a indiqué à l'AFP le doyen de cette faculté, Didier Gosset.

En dépit du fait que de très nombreuses études indépendantes ont, de longue date, confirmé l'absence de bénéfices spécifiques de l'homéopathie, celle-ci jouit d'une grande popularité en France, où sont implantés les influents laboratoires Boiron - numéro un mondial des préparations homéopathiques. La raison? L'université attend la position de la Haute Autorité de santé (HAS) sur cette pratique.

La Haute autorité de santé, saisie par le ministère de la Santé, donnera son avis d'ici à fin février sur l'efficacité de l'homéopathie et le bien-fondé de son remboursement. Cette tribune attaquait les "médecines alternatives", dont l'homéopathie, pratiquées selon les signataires "par des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l'efficacité illusoire". Contrairement aux autres médicaments, les produits homéopathiques disposent d'une dérogation qui les dispense de faire la preuve scientifique de leur efficacité.

Des médecins favorables à l'homéopathie ont répliqué en portant plainte devant le Conseil de l'Ordre des médecins contre les signataires - non pas sur le fond du dossier, mais pour "manque de confraternité". Cette technique appréciée des Français est au centre d'une intense polémique depuis la parution le 19 mars dans "Le Figaro" d'une tribune virulente, signée d'un collectif de 124 médecins.

Dernières nouvelles