Affaires des emplois fictifs: Marine Le Pen convoquée par les juges

Edition numérique des abonnés

Archives Aurélien Laudy

"Je vais leur répondre ", a-t-elle affirmé, sans toutefois préciser si elle se rendrait ou non à la convocation des magistrats.

Avec les juges, "le pire est toujours sûr", a déclaré la présidente du RN, Marine Le Pen en annonçant la nouvelle convocation en marge de son premier déplacement depuis les congés d'été à la Foire de Châlons-en-Champagne (Marne).

Selon des sources proches du dossier, l'ensemble des mises en examen du dossier doivent faire l'objet d'une requalification générale en raison d'un récent arrêt de la Cour de la cassation qui a validé la possibilité de poursuivre des parlementaires pour "détournements de fonds publics". Les juges " considèrent avant même que l'instruction soit terminée que nous [sommes] coupables ", a ajouté la présidente du RN.

"Au moins 15 mises en examen ont été ordonnées par les magistrats Claire Thépault et Renaud Van Ruymbeke, cosaisis depuis décembre 2016 d'une information judiciaire ouverte pour " abus de confiance " et " escroquerie en bande organisée ".

L'enquête cible 17 députés et les contrats d'une quarantaine de collaborateurs pour un préjudice évalué par le Parlement européen à 6,8 millions d'euros entre 2009 et 2017, sur deux mandatures. Le belge Charles Van Houtte, comptable et ex-assistant parlementaire de Marine Le Pen, a été mis en examen hier à Paris pour complicité d'abus de confiance au préjudice du Parlement européen dans l'affaire dite des assistants parlementaires du FN. Ambassadeurs, armée, forces de police, il a aussi "perdu la confiance d'un certain nombre de grandes administrations", a estimé Marine Le Pen, qui a également visité les stands de la police et des Dragons de l'armée de Terre.

Marine Le Pen devra se présenter à nouveau face aux juges pour l'affaire des emplois fictifs au Parlement européen.

"Emmanuel Macron est plus affaibli qu'on ne le pense car en réalité il s'est mis à dos des pans considérables de la population française", a-t-elle insisté.

Sèchement battue par Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle de 2017, elle espère prendre sa revanche lors des européennes de 2019, grâce notamment à la montée des populismes et de l'extrême droite en Europe. Si la saisie est maintenue, le parti continuera ses appels aux dons " jusqu'au versement de la deuxième partie de la subvention " publique en novembre, a-t-elle précisé.

Dernières nouvelles