Naomi Osaka, la nouvelle égérie du Japon — US Open

[URGENT] Naomi Osaka, d'origine haïtienne, championne de l'US OPEN

L'incroyable coup de sang de Serena Williams

La tennis woman japonaise d'origine haïtienne, Naomi Osaka, est Championne de l'US Open 2018.

L'arbitre de chaise, le Portugais Carlos Ramos, a appliqué le règlement même si ses décisions semblaient sévères pour les fans de Serena Williams. "Il m'a pris un point".

Franceinfo s'est donc penché sur ces pénalités pour déterminer si elles étaient injustes. Tout avait commencé quand Serena avait reçu un premier avertissement pour "coaching", interdit en match, en début de deuxième set, à 1-0, 40-15, service Osaka.

Serena Williams s'emporte contre l'arbitre Une finale marquée par une rare polémique d'arbitrage.

Mais cela n'empêche pas Naomi de se souvenir de l'époque où son aînée était la meilleure des deux: "Quand je m'entraînais avec mon père, si ma soeur n'avait pas été là, je ne sais pas si j'aurais tenu".

Les caméras n'en manquent rien: " C'est incroyable, je n'ai pas reçu de coaching.

Si l'avertissement pour bris de raquette n'est pas contesté, le troisième, pour "insulte", fait aussi débat. "Je me bats pour les droits des femmes", a-t-elle assuré, estimant que Carlos Ramos n'aurait pas sanctionné un homme de la même manière, comme on peut l'entendre dans la vidéo ci-dessous. L'an dernier, il avait subi le courroux de Rafael Nadal. Patrick Mouratoglou a fait un geste des mains que sa joueuse, alors de l'autre côté du court, n'a vraisemblablement pas vu. Vous n'arbitrerez plus jamais un de mes matches. "Vous me devez des excuses", avait-elle repris au changement de côté, outrée. "C'est vous le menteur".

" Vous êtes un voleur". Très remontée, elle a accusé l'arbitre de lui avoir "volé un point", et s'est écriée: "Je ne triche pas pour gagner". Le score passa alors de 4-3 à 5-3 en faveur d'Osaka.

"Est-ce justifié? "[L'arbitre] suppose que j'ai triché, et je n'ai pas triché", lance Serena Williams en conférence de presse avant de juger "sexiste" la sanction infligée par l'arbitre. Il avait donc attribué le jeu à l'adversaire de McEnroe, le Yougoslave (désormais serbe) Slobodan Zivojinovic.

Rarement, en finale de tournoi du Grand Chelem, une joueuse n'a été à ce point pénalisée par un arbitre.

Serena Williams écope d'une amende de 17 000$.

Dernières nouvelles