Accusé de se coucher devant Macron, Mélenchon sort les rames

Habitués à ferrailler dans les médias Emmanuel Macron et Jean Luc Mélenchon ont échangé dans un climat détendu dans les rues phocéennes

Quand Mélenchon croise Macron à Marseille, il ne se souvient plus vraiment l'avoir qualifié de "xénophobe"

JEAN-LUC MÉLENCHON n'a pas hésité à comparer sa rencontre dans les rues de Marseille. "Daladier est parfois caché sous Robespierre".

Peuchère, avec des opposants comme ça, le Macron, il peut dormir tranquille!

Emmanuel Macron est également revenu sur l'affaire Alexandre Benalla. Après quelques échanges de politesse, une question directe est posée à Jean-Luc Mélenchon: " Vous avez dit qu'Emmanuel Macron était le plus grand xénophobe qui soit. "Où êtes-vous prêt à aller bosser?", lui demande Emmanuel Macron avant de lui conseiller d'aller au restaurant le Petit Nice où il a dîné avec Angela Merkel. "Mais c'est toujours respectueux et intéressant". Il revient sur la rencontre fortuite ou pas du président de la République et de Jean-Luc Mélenchon à Marseille vendredi dernier.

La déambulation sur le Vieux Port et la rencontre entre les deux candidats à la présidentielle de 2017 se sont déroulées après des discussions entre Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, à Marseille, qui ont porté essentiellement sur des sujets européens.

"Les deux mêmes (.) qui imposent à toute l'Afrique des partenariats économiques où on supprime les droits de douane et où on pousse à la misère toute la paysannerie, les deux mêmes viennent faire les malins là en disant 'nous sommes des humanistes' mais pas du tout, ce sont des contre-humanistes!", avait affirmé Jean-Luc Mélenchon devant la presse. Sèchement éliminé du premier tour des élections législatives 2012 dans le Pas-de-Calais face à Marine Le Pen et au socialiste Philippe Kemel notamment, c'est à Marseille que le leader de la France insoumise s'est finalement fait élire député, cinq ans plus tard.

"Je ne suis pas venu vous séduire, ni vous courtiser, ni vous admonester non plus d'ailleurs, ni vous reprocher vos nombreuses erreurs, car vous pourriez me faire remarquer que j'en ai partagé un certain nombre avec vous", a assuré le député des Bouches-du-Rhône, qui a lui-même quitté le PS en 2008. Ce qu'Emmanuel Macron a réfuté, avec énergie. "Il n'y pas eu obstruction de la justice, je vous le dis les yeux dans les yeux", a plaidé le chef de l'Etat, reprenant une formule désormais célèbre.

Dernières nouvelles