Washington décide de fermer la mission palestinienne

Le président américain Donald Trump a décidé de

Les Etats-Unis suppriment leurs aides aux hôpitaux palestiniens

"L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) n'a pris aucune mesure pour permettre le début de négociations directes et significatives avec Israël", a déclaré la porte-parole du département d'État américain Heather Nauert dans un communiqué, assurant que Washington avait permis jusqu'ici aux Palestiniens de garder leur mission diplomatique uniquement pour qu'ils s'engagent dans un effort de paix.

Les Etats-Unis ont annoncé ce lundi la fermeture du bureau de représentation palestinienne à Washington.

Une aide américaine coupée en représailles à la décision de la direction palestinienne de geler ses relations avec les officiels américains suite à la reconnaissance unilatérale, en décembre 2017 par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Retrouvez cet article sur AtlanticoLes dirigeants de l'OLP ont condamné le plan de paix américain sans même l'avoir encore vu et ont refusé de parler avec le gouvernement américain au sujet de ses efforts de paix.

À Ramallah, les responsables de l'OLP sont démunis face à la stratégie d'étranglement de Trump qui vient d'annoncer la fermeture de leur bureau à Washington.

L'administration américaine a annoncé, vendredi, qu'elle ne financerait plus l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), une semaine après avoir déjà supprimé plus de 200 millions de dollars (170 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens.

Un haut responsable palestinien a riposté contre les déclarations du président américain, Donald Trump, selon lesquelles l'aide américaine aux Palestiniens serait suspendue tant qu'ils ne reprendraient pas les pourparlers de paix avec Israël.

Le représentant palestinien à Washington, Hossam Zomlot, informé lundi matin de cette nouvelle mesure, a dénoncé une "dangereuse escalade".

Ainsi, cette décision a été qualifiée de " chantage politique " par les Palestiniens. Ces fonds iront à des projets prioritaires ailleurs.

Ils y voient aussi le summum du parti pris pro-israélien de Donald Trump. "C'est un plan extraordinairement ambitieux", a-t-il vanté, appelant le président palestinien Mahmoud Abbas à parler aux Israéliens.

Les États-Unis versaient aux Palestiniens "d'énormes sommes d'argent", a dit la semaine passée Donald Trump. Les Israéliens sont catégoriquement opposés à une intervention de la justice internationale et font valoir que leur système judiciaire est capable de rendre la justice, y compris pour d'éventuels crimes de guerre israéliens.

Dernières nouvelles