Harvey Weinstein au cœur d'une nouvelle vidéo compromettante

Vidéo. Affaire Weinstein : ces images de 2011 qui accablent l’ancien producteur

Dans le cadre de cette présentation Melissa Thompson avait filmé la réunion avec la webcam de son

Cette vidéo, diffusée mercredi 12 septembre par la chaîne Sky News, a été enregistrée par Melissa Thompson lorsqu'elle a rencontré Harvey Weinstein en 2011 pour un entretien d'embauche dans son bureau, relate l'Association Press. Il verrouille la porte, étreint la jeune femme, flirte ouvertement avec elle puis semble la toucher sous la table au cours d'une conversation suggestive. Après de nombreuses allusions, il lui donne rendez-vous quelques heures plus tard, dans le restaurant d'un hôtel de Tribeca, où la plaignante l'accuse de l'avoir violée. Selon l'avocat de Weinstein, Ben Brafman, avec cette vidéo Melissa Thompson cherche à renforcer sa position dans la procédure contre son client.

"Il s'agit d'une nouvelle tentative de déshonorer publiquement M. Weinstein dans un but financier et nous n'acceptons pas cela". Si la jeune femme tend la main au producteur pour le saluer, ce dernier l'enlace sans lui demander son avis. Après un rapide échange il lui demande "Ai-je le droit de flirter avec toi?", ce à quoi la jeune femme répond: "on verra, un petit peu".

Le producteur fait alors plusieurs commentaires suggestifs. À certains moments, elle tente de recentrer la conversation, alors qu'à d'autres, elle semble répondre à ses avances.

Harvey Weinstein est poursuivi pour violence et harcèlement sexuel à l'encontre de plus de 70 personnes concernant des faits commis surtout dans les années 1990. On le voit d'ailleurs en train de caresser le bras de son interlocutrice quand il n'a pas la main placée " un peu trop haut " sur sa cuisse comme le clame Melissa Thompson dans la vidéo. Le producteur susurre: "Laisse moi avoir un petit bout de toi (.) Tu veux continuer encore un peu?" On l'entend dire: " C'est un peu haut.

La jeune femme a expliqué sur Sky News qu'elle ne voulait pas "gâcher la réunion " et tentait de "sauver la face " et de "gérer la situation ", mais ne pense pas l'avoir encouragé. "Je me sentais constamment prise au piège", a-t-elle dit.

Dernières nouvelles