US Open: la colère de Serena Williams fait débat

Naomi Osaka a créé la sensation à New York

Naomi Osaka a créé la sensation à New York. aujourd'hui à 00:25

En conférence de presse d'après-match, Serena Williams est revenue sur l'incident, accusant l'arbitre de "sexisme".

Philippe Ducarroz est commentateur sportif et présentateur sur la chaîne de télévision suisse Teleclub. Il aura fallu quarante-huit heures pour que la fédération internationale de tennis (ITF) prenne position dans le débat houleux autour des propos de Serena Williams pendant et après la finale de l'US Open, envers l'arbitre de chaise portugais Carlos Ramos.

Le Français Richard Gasquet a aussi été irrité par Carlos Ramos. Après la Coupe Davis sacrifiée sur l'autel du roi Dollars, l'affrontement est de plus en plus probable entre les joueurs (hommes et femmes) contre les tournois qui organisent les matches et nomment les arbitres. Ce qui est vrai, c'est qu'il n'a pas fait preuve de souplesse: il a appliqué purement et simplement le règlement.

L'affaire Serena Williams a replacé la règle du coaching sur le devant de la scène. Au motif qu'il s'agit d'une femme? "C'est vous le menteur ", lance-t-elle à Carlos Ramos au changement de côté suivant, tandis qu'Osaka mène désormais 4-3 après avoir déjà remporté le premier set.

A Roland-Garros il y a deux ans, c'était sa soeur aînée, Venus, qui n'avait pas apprécié d'être avertie pour avoir, selon l'arbitre portugais, communiqué avec son entraîneur.

"La cadette des sœurs Williams n'est alors plus tout à fait dans son match". "La WTA pense qu'il ne devrait pas y avoir de différence de degré dans la tolérance face aux émotions exprimées par les hommes et les femmes et s'engage pour s'assurer que tous les joueurs soient traités de la même façon".

C'est après un second avertissement reçu pour avoir fracassé sa raquette, qui lui vaut un point de pénalité, que Serena sort de ses gonds. "L'Américain est disqualifié et Pernfors se qualifie pour la première fois de sa carrière en quarts du Grand Chelem australien, où il s'inclinera contre Yannick Noah", rappelle le site Tennislegend. "Dans un match masculin, ça ne se serait pas passé comme ça", affirme elle l'ex-N.1 mondiale Victoria Azarenka. Le premier avertissement lui vaut 4000 dollars d'amende, le deuxième 3000 dollars et le dernier, qui entre dans la catégorie "insulte", 10'000 dollars. "Merci de dénoncer ce deux poids, deux mesures", renchérit Billie Jean King. "Si je pouvais, je prendrais cette balle et je te l'enfoncerais dans la gorge", avait-elle alors menacé la juge de ligne, selon des médias américains.

Dernières nouvelles