[Critique ciné] Mademoiselle de Joncquières, drôle et grave à la fois

Edition numérique des abonnés

Mademoiselle de Joncquières semble avoir été tourné en 1780...

"Le scénario de " Mademoiselle de Joncquières " dispose de nombreux points communs avec celui du film dramatique " Les liaisons dangereuses ". Cécile de France équilibre les moments de grande rudesse et d'extrême fragilité de cette femme bafouée, capable de grandes cruautés.

Emmanuel Mouret avait déjà choisi la Région des Pays de la Loire pour tourner Un baiser s'il vous plaît, à Nantes, l'un des films qui l'a fait connaître.

"Mademoiselle de Joncquières ", les cinéphiles retrouveront Madame de la Pommeraye, une veuve qui entretient une liaison amoureuse avec le marquis des Arcis.

Avec Cécile de France, Édouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva, Laure Calamy.

Si le neuvième film d'Emmanuel Mouret vaut d'être savouré pour cette seule intrigue aussi drôle que machiavélique, rien du reste n'est là pour jouer la figuration: dans des décors impeccables où se scellent des huis-clos particulièrement cinématographiques, chaque dialogue accouche d'une "punchline" à l'élégance formidable. Blessée, celle-ci décide de se venger et fait appel à Madame de Joncquières et à sa fille, deux femmes qui se prostituent, car elle sait que le marquis ne pourra pas résister pas aux charmes de la jeune fille, qu'elle lui présente comme une vierge pieuse.

Dernières nouvelles