Le plus ancien dessin au crayon dévoilé

Le morceau de roche portant sur l'une de ses faces un dessin composé de neuf lignes traces au fusain d'ocre

Le morceau de roche portant sur l'une de ses faces un dessin composé de neuf lignes traces au fusain d'ocre REUTERS

Après ses premiers pas, les premiers traits de crayon d'un enfant représentent sans doute l'une des étapes les plus marquantes de son développement. Ce fragment porte sur une de ses faces un croisillon formé par neuf traits, qui ont été volontairement tracés avec un fusain d'ocre pourvu d'une fine pointe. De fait, ce motif, tracé au crayon d'ocre, constitue dorénavant le plus ancien exemplaire connu de dessin abstrait. De récentes découvertes archéologiques en Afrique, en Europe et en Asie montreraient cependant une émergence beaucoup plus précoce de la production et de l'utilisation de symboles, comme par exemple la plus ancienne gravure connue, un zig-zag incisé sur une moule d'eau douce retrouvée à Trinil (Java) dans des couches archéologiques datant de 540 000 ans ou la découverte d'objets de parure dans plusieurs sites archéologiques africains datés entre 120 000 et 70 000 ans avant le présent.

La grotte de Blombos peut dorénavant être considérée comme le lieu de naissance du dessin, une forme d'art nouvelle apparue il y 73 000 ans.

Parmi divers outils en pierre, un morceau de roche siliceuse (silcrète) de 4 centimètres de long a attiré l'attention de l'équipe, raconte à l'AFP Francesco d'Errico, directeur de recherche CNRS (Centre national de la recherche scientifique) à l'université de Bordeaux.

En outre, les archéologues ont mené une expérience au cours de laquelle ils ont tracé des lignes ocre sur un morceau de soie et ont démontré que ces lignes avaient probablement été faites par un morceau d'ocre pointu d'une épaisseur de un à trois millimètres. Ils ont ensuite comparé leurs productions au dessin original grâce à des techniques d'analyse microscopique, chimique et tribologique.

Outre cette extraordinaire découverte, ce sont également d'autres éléments d'intérêt que les archéologues ont pu mettre au jour dans la même couche archéologique. C'est une roche connue sous le nom de silcrète qui servit de toile pour ce motif hachuré non pas gravé, mais bien dessiné avec un pigment ocre rouge. Des symboles ancestraux qui nous renvoient, non sans une pointe d'émotion, à l'enfance de l'humanité. C'est pourquoi ils poursuivent les fouilles avec l'espoir de trouver d'autres pièces du puzzle.

Dans le cas plus précis d'Homo sapiens, il semblerait que les premières populations aient utilisé différentes techniques pour produire ce type de signes et ce, sur différents supports.

Dernières nouvelles