Trump devrait annoncer de nouvelles taxes sur les importations chinoises

Chaîne d'assemblage des véhicules BAIC à Pékin

Chaîne d'assemblage des véhicules BAIC à Pékin

Le tweet matinal du président fait suite à des informations de plusieurs médias américains selon lesquelles l'administration pourrait annoncer dès lundi des taxes de 10% sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires.

Outre les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium de respectivement 25% et 10% imposés au nom de la protection de la sécurité nationale, Washington a frappé cet été à hauteur de 25% quelque 50 milliards de dollars de produits chinois pour compenser cette fois un "vol" de propriété intellectuelle.

La liste, déterminée par les services du Représentant américain au commerce (USTR) après des semaines de consultations avec les entreprises américaines, compte 5.745 lignes entières ou partielles de produits. Cela concerne des produits électroniques, des cartes de circuits imprimés, des routeurs internet, des composants connectés en wifi et des appareils de reconnaissance vocale, de données et de réception et de transmission d'images.

L'administration Trump a décidé d'imposer 10% de taxe sur ces 200 nouveaux milliards de dollars jusqu'au 31 décembre et ensuite de passer à 25% dès le début de 2019.

Un retour à une taxe de 10% -plutôt que les 25% demandés par M. Trump à son administration d'étudier- pourrait être vu comme un geste d'ouverture tout relatif au moment où le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a contacté ses homologues chinois pour reprendre des négociations commerciales et essayer de trouver un terrain d'entente.

Toutefois, les mesures de rétorsion ciblées des partenaires commerciaux des États-Unis se font sentir dans certaines régions et dans certains secteurs d'activités.

Il a aussi même menacé à deux reprises de taxer la totalité des plus de 505 milliards de dollars d'importations chinoises.

"Si les États-Unis adoptent de nouvelles mesures sur les droits de douane, la Chine n'aura d'autre choix que de prendre des mesures de rétorsion pour défendre ses droits et intérêts légitimes", a martelé lundi Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Les responsables américains ont par ailleurs souligné que l'objectif n'était pas de limiter la croissance économique chinoise.

Pékin avait déjà indiqué envisager de nouvelles taxes sur 60 milliards de dollars de biens américains après les 25 % sur 50 milliards de dollars de marchandises en juillet/août. "Mais, jusqu'à présent, la Chine n'est pas encline à changer ses pratiques", a-t-il déploré.

Donald Trump avait intimé l'ordre aux dirigeants chinois de ne pas réagir.

"Espérons que cette situation commerciale soit résolue, en dernier ressort par moi-même et par le président Xi (Jinping) pour lequel j'ai un profond respect et affection", a déclaré Donald Trump.

La guerre commerciale menée tous azimuts par Donald Trump ne semble pour l'heure pas avoir d'effet important sur la première économie du monde qui tourne à plein régime.

La banque centrale américaine a elle aussi noté un premier impact sur les investissements aux États-Unis et mis en garde à plusieurs reprises qu'une guerre commerciale représentait pour l'heure la plus grande menace pour l'expansion économique.

Dernières nouvelles