" "Des mesures pour ralentir la " course folle " à l'activité — Plan santé

Politiques médecins personnel hospitalier... Le plan santé fait réagir

Emmanuel Macron a détaillé ce matin le plan santé FRED DUFOUR AFPPlus

Lors de la présentation de la réforme du système de santé, Emmanuel Macron a évoqué la question des assistants médicaux.

Il a été finalement décalé en septembre. "Nous devons restructurer notre organisation pour les 50 années à venir", a-t-il déclaré depuis l'Elysée devant des professionnels de santé.

Le plan dévoilé par le chef de l'Etat, baptisé "Ma Santé 2022", est basé sur une cinquantaine de mesures. "Beaucoup d'étudiants continueront de prendre un enseignement complémentaire pour se sentir plus à l'aise et rassurés durant leur première année".

Le plan global sera doté d'un budget de 3,4 milliards d'euros d'ici 2022, a indiqué le ministère de la Santé à l'AFP. 1,6 milliard d'euros seront consacrés à "la structuration des soins dans les territoires". 920 millions vont être dédiés pour l'investissement hospitalier. Elle permettra " de former plus de médecins avec un mode de sélection rénové et renforcer la dimension qualitative et le niveau de formation des études de santé ". Le concours en fin de première année de médecine sera donc supprimé.

"Aujourd'hui c'est un gâchis qui concerne 25.000 étudiants chaque année".

Le locataire de l'Elysée a expliqué que la création des postes d'assistants médicaux permet de "regagner du temps médical". Ces assistants seront "financés auprès de tous les médecins" qui en feront la demande.

Avec ce temps médical "regagné", ils seront priés d'accepter de nouveaux patients et d'assurer des consultations sans rendez-vous en journée, jusqu'à 20H00. Ce dispositif sera accessible pour tous les généralistes et les spécialistes, à condition qu'ils se regroupent.

"L'augmentation de la fréquentation des urgences explose, le président veut remettre l'hôpital à sa juste place, confirmer la proximité, cette idée est positive, il n'est pas anormal d'ajuster l'offre hospitalière", a commenté Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF).

La réaction du Président du Département de la Mayenne, touchée par les déserts médicaux. Ces structures permettront d'"avoir une vraie coopération entre les professionnels". Nous nous engagerons à aider dans la durée sur 10 ans toutes les communautés qui seront créées d'ici 18 mois. Des permanences de soins vont ainsi être proposées jusqu'à 20 heures, sans aucune avance de frais.

Engagement de campagne du chef de l'Etat, la part de la tarification à l'acte, accusée de dérives inflationnistes sur le nombre d'actes notamment dans les hôpitaux, a quant à elle vocation à devenir minoritaire. Instaurée en 2004 dans le plan "Hôpital 2007", cette méthode de financement rémunère les établissements en fonction de l'activité médicale.

Par ailleurs, en 2019, deux forfaits de prise en charge vont être créés, pour les patients diabétiques et insuffisants rénaux chroniques.

La classification des hôpitaux va également évoluer. Une classification en trois niveaux s'appliquera désormais: les hôpitaux chargés du soin de proximité (médecine générale, gériatrie, soins de suite), ceux chargés des soins spécialisés comme la chirurgie ou les services de maternité, et enfin les soins ultra-spécialisés dans des plateaux techniques de pointe. Sa suppression entrera en vigueur au plus tard à la rentrée scolaire 2020. Emmanuel Macron cherche à décloisonner le système et à changer les choses pour les cinquante prochaines années.

Dernières nouvelles